Bandeau Empereurs romains

Rogations liciniennes

Les rogations liciniennes et le traité avec Carthage (367 à 340 avant JC)


Au milieu du IVe siècle avant JC Rome fut détruite et reconstruite à la hâte. Les institutions évoluent aussi, et se pose alors le problème de la représentaientativité du bas peuple. C'est là l'objet des rogations liciniennes, décrites ci-dessous.


Les "Rogations liciniennes" (367 avant JC)

A cette lointaine époque se posa un problème qu'il fallut traiter par une nouvelle loi. Deux tribuns du peuple, Caius Licinius Stolo et Lucius Sextius, proposèrent donc ce grand projet de réforme. Le projet de loi traitait des questions de la dette et de la réforme agraire, mais il proposait surtout d'admettre les plébéiens au poste de consul. Naturellement, les patriciens ont rejeté la proposition d'emblée, car elle semblait miner leur richesse, leurs propriétés foncières et leurs privilèges de fonction. Mais Licinius et Sextius étaient déterminés. Ils suivirent une politique de veto sur toute élection, rendant les affaires de l'État impossibles à traiter. Cette période de l’histoire romaine est parfois appelée "anarchie", car Rome ne possédait aucun gouvernement à proprement parler. Les seules élections que les deux tribuns autorisèrent furent celles des tribuns du peuple. Le peuple veilla encore et encore à ce que Licinius et Sextius soient réélus et puissent continuer à bloquer toute affaire gouvernementale, jusqu'à ce que les patriciens cèdent.

Les patriciens menérent une lutte courageuse pour défendre leurs privilèges. Mais leurs combats n'allaient pas dans le sens de l'histoire. Ce fut même le héros de la faction patricienne, Camillus, qui, dans lors de sa dictature finale, força le sénat à accepter les "Rogations liciniennes" (367 avant JC). D'un coup, les consuls devaient désormais être un patricien et un plébéien. Le principe est désormais établi que les plébéiens pouvaient régner. L'impasse était brisée.

Les riches et les puissants ont rapidement trouvé des moyens de contourner les parties des Rogations liciniennes qui s'occupaient de la dette et de la distribution des terres. Mais l'exigence que l'un des consuls soit plébéien était le coup fatal aux privilèges de l'ancienne aristocratie. Le conflit des ordres devait durer plusieurs décennies par la suite, mais les vainqueurs allaient inévitablement être les plébéiens. Si la lutte des patriciens pour leur droit exclusif à divers offices se poursuivait, la loi de 367 avant JC était le début de la fin. Cette année-là Rome vit le premier dictateur plébéien prendre ses fonctions. En 351 avant JC le premier plébéien prit la fonction de censeur. En 342 avant JC, les deux consuls pouvaient être plébéiens.


Puissance montante de Rome en Italie (367 avant JC)

En 367 avant JC, les Gaulois revinrent par le Sud, mais Camillus les y avait contenu. Ils furent vaincus sans cérémonie et refoulés vers le Nord. La même année, en 367 avant JC, le grand tyran Denys de Syracuse meurt, laissant à son fils un empire qui à ce moment semblait être destiné à dominer l'Italie, une puissance plus forte encore que la république en expansion de Rome. Syracuse était la ville-état grecque la plus puissante. Pourtant, elle s'est rapidement effondré, ayant été retenu en grande partie par le génie personnel de Dionysius, plutôt que de devenir un empire cohérent, complet, conquérant. Ainsi, alors que Syracuse disparaissait peu à peu ses dominations dans le sud de l'Italie représentaient des trophées tentants pour quiconque pouvait trouver la force de les conquérir.

Bien sûr, l'absence d'une puissance impériale forte et bien établie sur le sol italien s'est avérée d'un immense avantage pour l'expansion de l'État romain. Bien qu'au départ, cela n'a profité qu'aux sauvages tribus montagnardes italiennes qui ont maintenant commencé à harceler les riches villes marchandes grecques de la Magna Graecia (sud de l'Italie).

Rome était peut-être une puissance importante en Italie, mais le domaine de sa suprématie était encore limité au Latium et à une partie de l'Étrurie. Elle devait maintenant être confrontée à un nouvel ennemi redoutable, la confédération samnite.

Une partie importante de l'ascension continue de Rome a été jouée par la série de guerres samnites commençant en 363 avant JC et se terminant en 290 avant JC. Mais avant même le début de la lutte avec les Samnites, l’ascendant de Rome après l’invasion gauloise était sérieusement menacé. Ce n'était peut-être que parce que les voisins qui la craignaient redoutaient encore plus la menace gauloise dont ils avaient déjà si durement souffert, que Rome put faire plus que se défendre. Il y avait, en outre, des villes latines qui s'alliaient même avec les Gaulois contre elle, forçant ainsi le reste des Latins, même à contrecœur, à se jeter sous la protection de Rome. La Ligue latine a été renouvelée dans des termes mettant plus clairement l'accent sur le statut supérieur de Rome (358 avant JC), et la troisième marée gauloise a été annulée en 358 avant JC (ou peut-être 360 ​​avant JC). Mais pas sans que Rome se hâte de se retirer derrière ses nouveaux murs et d'attendre la retraite gauloise.

Les villes étrusques ont saisi l'occasion d'attaquer Rome à l'heure de son embarras. Elle a subi quelques défaites, mais en 351 avant JC les Étrusques ont été forcés d'accepter une paix qui durera quarante ans.

Après cette invasion gauloise, les Romains décidèrent de créer un fonds d'urgence (l'aérarium sanctius) qui devait être utilisé en cas de nouvelle invasion. Cette réserve spéciale a été conservée dans le trésor public du temple de Saturne au Forum romain.

Cette année-là et la suivante, les Gaulois reprirent à nouveau les hostilités, pour être repoussés par le fils du grand Camille qui les avait battus quarante ans auparavant. Les Latins étaient bien installés et l'Étrurie était liée par une paix qui devait durer de nombreuses années. Rome était maintenant pratiquement incontestée dans sa région immédiate. À ce stade, Carthage a reconnu Rome comme la grande puissance à venir, et a accepté avec elle le traité capital de 348 avant JC. Si la menace gauloise persistait, elle diminuait. En 331 avant JC la féroce tribu gauloise des Senones a finalement demandé la paix.


Traité romain avec Carthage (348 avant JC)

Dans un traité de 348 avant JC, Carthage s'engageait à respecter tout le territoire latin et les villes côtières comme sphère d'influence romaine. Carthage s'est donc vu interdire la possession d'un territoire, mais pas l'action sur ce territoire.

En particulier, si les Carthaginois devaient saccager une ville du Latium qui n'était pas sous protection romaine, les captifs et les pillages pouvaient être emportés, bien que le site devienne par la suite une possession romaine. Le traité semble avoir fait une distinction significative entre les zones sous protection romaine directe et les villes qui n'étaient que de simples alliés de Rome. Les villes sous domination romaine devaient être complètement immunisées contre les attaques carthaginoises, contrairement aux alliés. Les commerçants et marchands romains ont été admis dans les ports d'Afrique, de Sardaigne et de Sicile, ainsi qu'à Carthage lui-même.

Les navires de guerre romains devaient avoir accès à ces ports dans des guerres contre des tiers. Les marchands carthaginois ont, par retour, obtenu l'accès à Rome. Les Romains, à leur tour, ont été exclus de l'installation en Sardaigne et en Afrique et ont accepté les limites de la navigation romaine. Surtout, Carthage a obtenu la liberté d'action militaire en Italie.

Il semble que cela ait été une préoccupation majeure des Carthaginois d'empêcher Rome de s'immiscer dans l'une de ses attaques contre les villes grecques du sud. De toute évidence, Carthage était conscient des prouesses militaires croissantes de Rome.


Première guerre samnite (343 avant JC)

Cinq ans après la conclusion du traité avec Carthage Rome était en guerre avec les Samnites. Pendant des siècles, les tribus montagnardes des Appennins avaient cherché à conquérir les plaines en contrebas. Dans le Latium, des tribus telles que les Aequians, les Volsquians et les Sabines s'étaient heurtées aux Romains.

Plus au sud encore, en Campanie, la confédération samnite envahit désormais la plaine de Campanie. Les Samnites avaient la réputation d'être de redoutables guerriers de montagne à moitié civilisés. Ironiquement, les Campaniens vaincus se sont révélés être en grande partie les descendants des précédents envahisseurs samnites qui s'étaient installés dans une vie moins guerrière. Rome avait sagement choisi de s'allier aux Samnites. Il se peut en fait que certaines campagnes précédentes contre les Gaulois aient vu des alliés samnites se battre aux côtés de légionnaires romains, ce qui peut expliquer cette alliance. Pourtant, maintenant un grand trophée devint le symbole de leur future division : Capoue, l'une des villes les plus riches d'Italie.

Alors que les tribus montagnardes du sud de l'Italie battaient les villes grecques qui n'étaient plus protégées par la grande puissance navale de Syracuse, celles-ci appelèrent la Grèce à l'aide. Cependant, Capoue et les Campaniens se sont tournés vers Rome. La ville vit son armée vaincue et reconduite derrière ses murs, les Samnites ne campant plus que sur le mont Tifata, juste à l'extérieur de la ville.

Rome renonça à son traité avec les Samnites et a fit marcher ses armées vers le sud, en Campanie. Le héros romain Marcus Valerius Corvus dirigeait alors une armée consulaire. Il vaincit les Samnites au mont Gaurus et à nouveau à Suessula. L'autre armée, commandée par Corneille, fut d'abord piégée dans les vallées samnites. Mais une fois extirpé par l'intervention d'une troisième force romaine commandée par Publius Decius Mus, Cornelius ajouta une nouvelle victoire, décisive celle-là, à la campagne romaine.

Les Samnites ont été massivement vaincus et chassés de la plaine de Campanie. La victoire fut impressionnante. Les tribus montagnardes italiennes n'étaient généralement pas si faciles à contenir, mais en deux ans, 343 et 342 avant JC, Rome avait étendu sa sphère d'influence avec une aisance consommée. Ce succès fut si frappant que Carthage envoya une ambassade pour féliciter Rome pour son triomphe.


Mutinerie de l'armée (342 avant JC)

Pourtant, Rome ne devait pas tout avoir. Loin de là. En 342 avant JC, elle fut frappée par la mutinerie de certaines de ses propres troupes en Campanie. Rome n'avait jamais installé de garnisons à une telle distance de la ville elle-même et les hommes ne se montrèrent pas disposés à protéger indéfiniment les Capuans contre les Samnites. Pourtant, il y avait aussi des problèmes dans la structure de l'armée elle-même, car certains privilégiés abusaient de leurs positions pour accorder des faveurs et les cavaliers équestres étaient payés trois fois le taux de l'infanterie ordinaire. Si la mutinerie a commencé en Campanie, elle s'est rapidement propagée et une armée rebelle a finalement campé à seulement 13 kilomètres de Rome. Pendant ce temps, il fallait envisager la guerre contre les Samnites. Il était clair que l’on ne pouvait pas continuer une guerre avec une armée mutine campée devant ses propres portes.

D'une manière ou d'une autre, au moment de la victoire contre les Samnites, où des puissances étrangères reconnaissaient les prouesses de Rome, la mutinerie romaine avait réussi à transformer un triomphe en un véritable fiasco.

Marcus Valerius Corvus fut nommé dictateur pour faire face à cette débâcle. Plutôt que de se battre, il a choisi de négocier un règlement et de répondre aux préoccupations des soldats. Des règles ont été introduites pour décourager l'abus de privilège et des promesses ont été faites pour régler les problèmes de rémunération injuste. Valerius a également eu la sagesse de ne pas punir les chefs de file. Il avait compris que les promesses initiales de négociation qui masquaient le désir de séparer, d'arrêter et de punir les chefs de la mutinerie n'avaient fait qu'exacerber les sentiments dans les rangs.

La faiblesse temporaire de Rome l'a forcée à régler la guerre avec les Samnites qui, heureusement, étaient également interpellés sur une autre frontière à l'époque et donc poursuivis pour la paix (341 avant JC). Le traité prévoyait non seulement la paix entre les deux parties, mais renouvelait leur ancienne alliance.


La grande guerre latine (340 avant JC)

Pourtant, une crise beaucoup plus grave se profile à la suite de la mutinerie romaine. Lorsque la mutinerie contraignit Rome à faire la paix avec les Samnites, les Campaniens, dépendant de leur allié, se retrouvèrent soudainement abandonnés. Plus encore, les Latins, qui avaient été contraints à une guerre contre les Samnites qu'ils n'avaient jamais demandés, se sentaient soudain toujours en guerre avec la féroce tribu des collines, tandis que les Romains qui les avaient entraînés dans celle-ci s'étaient sauvés et s'entendaient.

Pire encore, Rome était désormais alliée à l'ennemi samnite !

Il était donc parfaitement compréhensible que les Latins et les Campaniens se sentent trahis. Ils formaient maintenant une alliance qui leur était propre, que les Volsques rejoignirent également. En outre, les Latins exigèrent de Rome que le traité de la Ligue latine soit renégocié, permettant aux Latins de s'exprimer à égalité en matière, afin qu'ils ne soient plus jamais entraînés dans une guerre contre leur propre volonté.

Cela peut en effet avoir été vu comme un défi à la domination romaine mais, étant donné le récent fiasco, ce'était parfaitement justifiable. S'il en était resté là, Rome aurait bien pu s'entendre avec ses voisins. Mortellement, les Latins sont allés plus loin. Ils ont exigé que la constitution romaine soit amendée, par laquelle l'un des consuls et une proportion importante des sièges du sénat romain seraient réservés aux Latins.

Cette Rome ne pouvait pas accepter cette condition. Les Latins avaient été assez stupides pour fournir aux Romains une cause de guerre. Marcus Valerius Corvus avait très rapidement réussi à annuler la mutinerie, principalement par la réconciliation. Ses forces étaient prêtes au moment où la guerre fut déclarée (340 avant JC). Tandis que les Latins rassemblaient encore leurs forces, Valerius fit marcher ses troupes vers le sud, uni à une armée d'alliés samnites, puis, à Suessa Aurunca, descendit sur une armée latino-campanienne qui fut complètement vaincue.

Rome offrait maintenant aux Campaniens une paix favorable. Bien sûr, ils ont accepté. C’était un exemple classique de la devise: "diviser pour mieux régner".

Cela a laissé les Latins face à la machine de guerre romano-samnite avec seulement les Volsques comme alliés. Le résultat était inévitable. En deux ans de campagne, Rome battit complètement les Latins et conquit la ville d'Antium. La "Grande Guerre latine" a eu pour effet de resserrer l'emprise de Rome sur le Latium et de lui fournir plus de terres sur lesquelles installer sa population agricole en constante augmentation. La Ligue latine fut finalement dissoute (338 avant JC). Certaines villes obtinrent les pleins droits romains, d'autres furent admises aux droits civils mais non politiques de la citoyenneté romaine. Tous ont été empêchés de former des alliances distinctes les uns avec les autres ou avec une puissance extérieure.

Rome ne dominait plus une alliance latine. Rome dirigeait maintenant le Latium.


Suite de l'histoire...

Nous laissons Rome puissante, forte d'une domination sur tout le Latium et ayant su mater une rebellion militaire. Et la ville va se servir de cette force pour entreprendre une série de guerres visant à accroître encore plus son pouvoir, en particulier il va se dérouler 3 guerres successives contre les samnites durant les décennies à venir.






Copyright 2020 - 2021 - Toute reproduction interdite. Texte JLD - Lucien J. Heldé. Reproduit de empereurs-romains.net avec une ergonomie différente. Pour me contacter : contact@empereurs-romains.com. Pour consulter la politique de confidentialité du site veuillez cliquez ici : Politique de confidentialité.