Bandeau Empereurs romains

Le Decemviri

Du règne de Cincinnatus à la résolution du conflit des ordres (454 à 367 avant JC)


Nous avions laissé la jeune République romaine en plein trouble animée par une rebellion au sein de la ville. Mais une fois maîtrisée, la ville de la nouvelle cité continuera à subir les attaques de ses voisins, tout en organisant la vie citoyenne.


Cincinnatus (439 avant JC)

Si Rome était mise à rude épreuve durant la guerre contre les Aequians et les Volscians, la situation est devenue encore plus grave lorsque la féroce tribu des Sabines rejoint la mêlée. Une armée consulaire entièrement déployée, l'autre, sous le commandement du consul Lucius Minucius, s'avança pour attaquer la garnison ennemie Sabine sur le mont Algidus et se retrouva coupée et assiégée. La situation était désastreuse et les Romains ont choisi de nommer un dictateur. Cet homme, libéré des contraintes habituelles de ses fonctions, devrait affronter la crise. Accorder de tels pouvoirs illimités était bien sûr un grand risque. La nomination d'un dictateur posait toujours la question de savoir si l'homme choisi rendrait facilement le pouvoir une fois sa tâche accomplie. Le choix s'est porté sur Cincinnatus. Il faut savoir qu'à cette époque toute Rome se souvenait encore de lui comme de l'homme qui avait rejeté l'opportunité d'être consul pendant un an. La délégation de sénateurs envoyée pour lui apporter le message nécessaire pour se rendre à sa ferme. L'histoire raconte que Cincinnatus était tombé sur des moments difficiles. Payer la caution de son fils Caeso qui, accusé de meurtre, s'était enfui en exil, avait coûté à Cincinnatus toute sa fortune. Il s'était retiré dans une petite exploitation à l'extérieur de Rome et vivait comme un humble paysan.

Toutefois il semble de ce fait, si il a bien existé, ai été mis en scène. En effet, Cincinnatus appartenait à une famille extrêmement riche qui possédait de vastes étendues de terre. Néanmoins, la délégation l'a trouvé en train de labourer ses champs (ou de creuser un fossé) lorsqu'elle lui a apporté la nouvelle de son élection au poste de dictateur. Ce qui a suivi était remarquable. Cincinnatus quitta sa ferme, leva une armée à Rome, marcha sur les Sabines pour les vaincre au combat et permit à l'armée de Minucius de battre en retraite en toute sécurité. À son retour, Cincinnatus a célébré un triomphe et a démissionné de ses pouvoirs. Il était dictateur - le commandant suprême de Rome - depuis seulement 15 jours, et durant ce temps très bref il s'était permis une seule extravagance : Il veilla à ce que le témoin qui avait déposé contre son fils Céso soit expulsé de Rome. Autrement, il n'a en aucun cas abusé de son pouvoir, n'a pas cherché à le prolonger d'une journée de plus que nécessaire. Il a simplement fait son devoir et est ensuite retourné dans sa ferme.

En 439 avant JC, Capitolinus fut élu consul pour la sixième fois. Lui et son collègue, Menenius Agrippa, ont rapidement appris l'existence d'un complot mené par Spurius Maelius pour prendre le pouvoir. Ils proposèrent aussitôt que Cincinnatus soit fait dictateur pour la deuxième fois pour empêcher cet outrage. Cincinnatus, alors âgé de 80 ans, a rapidement réglé la question et Maelius finit sa vie dans un bain de sang. Une fois de plus, il a immédiatement démissionné de sa charge dictatoriale.

Cincinnatus est devenu une légende pour les Romains. A deux reprises, il a reç le pouvoir suprême, mais il ne l'a pas conservé plus d'une journée que nécessaire. La haute estime dans laquelle Cincinnatus était tenu par ses compatriotes est mieux illustrée par une anecdote vers la toute fin de sa vie. Un des fils de Cincinnatus a été jugé pour incompétence militaire. Il n'était défendu que par le grand Capitolin, qui demandait simplement, si l'accusé était condamné, qui irait annoncer la nouvelle au vieux Cincinnatus. Le fils a été acquitté. Le jury n'a pas pu se résoudre à briser le cœur du vieil homme.


Le Decemviri (454 avant JC)

Une demande exprimée par les plébéiens dans le cadre du conflit des ordres était celle de la loi écrite. Tant qu'il n'y avait pas simplement de code de règles écrites, les plébéiens restaient pratiquement à la merci des consuls patriciens qui décidaient de la loi. Trois éminents Romains furent envoyés à Athènes en 454 avant JC pour étudier le code de lois créé par le grand Solon. Le fait qu'ils aient été envoyés une fois de plus à Athènes suggère qu'il y a une forte influence grecque sur les demandes des plébéiens. En 451 avant JC, la délégation revint.

Leur proposition était que pendant un an non pas deux consuls mais un groupe de dix hommes dirigeraient les affaires de l'Etat et prépareraient le nouveau code de lois. Dans la pratique, cela signifiait qu'ils agiraient en tant que juges suprêmes et que leurs jugements collectés seraient utilisés pour élaborer le code de droit au cours des douze mois où ils étaient en fonction.

Donc en 451 avant JC une commission a été mise en place. Elle était composée de dix patriciens. Ils s'appelaient le decemviri ("les dix hommes") et étaient chargés de créer le code de lois en un an. L'homme qui devrait émerger comme leur chef était Appius Claudius Inregellensis Sabinus Crassus. Il est généralement appelé Appius Claudius "le Decemvir". Il était peut-être le fils ou le petit-fils du premier Appius Claudius venu des Sabines à Rome. Les deux grands hommes de Rome, Capitolinus et Cincinnatus, ont été exclus du decemviri, probablement en raison de leur implication dans l'expulsion du témoin dans le procès du fils de Cincinnatus Caeso.

Après la fin de l'année, le decemviri avait produit dix tables, énumérant les lois qui devraient régir Rome. Les plébéiens étaient ravis. Mais il a été jugé par tous que le travail était inachevé et donc dix autres hommes devraient être nommés, cette fois composé de cinq patriciens et cinq plébéiens, pour achever le travail.

L'immense popularité des tables se voyait à travers le fait que les poids lourds politiques étaient à présent désireux de devenir des decemviri. Capitolinus et Cincinnatus demandaiebt également à en faire partie.

Appius Claudius a été le seul du précédent décemvir à demander sa réélection. Cela a été mal vu, interprêté comme une soif inquiétante de pouvoir contraire aux traditions de la république. Capitolinus et Cincinnatus lui ont plutôt proposé de présider l'élection. S'ils supposaient que cela l'empêcherait de se porter candidat, ils avaient tort. Appius Claudius manipula les règles afin que le seul grand candidat aux élections soit lui-même. C'était un signe affreux de ce qui allait arriver. A peine les dix nouveaux decemviri élus, Rome se réveilla en tyrannie.

Pendant la période où le decemviri était au pouvoir, la constitution romaine n'était plus en place car ils régnaient à la place des consuls. La première année avait vu les dix remplir consciencieusement leur fonction comme prévu. Cependant, la deuxième année a vu na^tre des injustices flagrantes et leurs jugements ont été rendus uniquement en faveur de leurs amis. Les riches et les puissants pouvaient partir pour leurs villas à la campagne et attendre la fin de cette mauvaise période, mais les plébéiens n'avaient aucun moyen d'échapper à la tyrannie. Le travail de codification des lois de Rome fut terminé, l'année passa, mais ce n'est pas pour autant que le decemviri ne se retira.

Certains patriciens tels que les Horatii et Valerii firent de leur mieux pour s'opposer aux tyrans, mais avec peu de succès. Mais avec les plébéiens tyrannisés, l'armée a rapidement refusé de se battre. Pendant ce temps, les Équiens et les Sabines exerçaient une forte pression sur les frontières : Une catastrophe se profilait.

Enfin, Appius Claudius "le Decemvir" s’est complètement surpassé. Frappé d'une fille appelée Verginia qui était fiancée à un autre homme, il a fabriqué une histoire par laquelle un Marcus Claudius a affirmé qu'elle était son esclave. Appius Claudius a présidé le procès lui-même et a bien sûr proclamé que Verginia était bien l'esclave de Marcus Claudius. Sans aucun doute, cela signifiait que ses fiançailles n'étaient pas valides - et il serait donc en mesure de faire ce qu'il voulait de Verginia. Rome entière était indignée. Le père de la jeune fille, un centurion appelé Verginius, la tua en entendant le verdict plutôt que de lui permettre d'être asservie. L'acte accompli, il s'est ensuite battu pour sortir de la ville. Il semble qu’une grande partie des plébéiens de la ville se soient joints à lui. Ils ont pris la colline du Janicule de l'autre côté du Tibre et ont refusé de revenir à moins que le decemviri ne démissionne. Ainsi commença la Seconde Sécession (449 avant JC).

Avec les Aequians et les Sabines qui se sont abattus sur Rome, la reddition du decemviri était inévitable. Rome avait besoin de son armée et pour cela, elle avait un besoin urgent de plébéiens. Le decemviri a démissionné à une seule condition; qu'ils ne soient pas remis aux plébéiens qui les auraient tués. Si les neuf autres échappèrent à la punition, le méprisé Appius Claudius reçu son châtiment. Verginius l'accusa d'avoir enfreint l'une des lois énoncées dans les Douze Tables, à savoir que personne ne devrait être autorisé à asservir faussement une personne libre. Il fut jeté en prison où il se suicida. Il est toutefois possible que le tribunal l'ai condamné à mort et l'ai exécuté, l'histoire n'est pas précise à ce sujet.

Il convient de mentionner que, à part la version ci-dessus, certains historiens pensent que les mêmes dix devemviri patriciens ont régné pendant deux ans, préparant les Douze Tables. Mais lorsque les plébéiens ont estimé que les lois n'étaient pas assez étendues, ils les ont forcés à démissionner et ont plutôt provoqué la nomination de deux consuls plus radicaux. Dans ce cas, le récit des outrages d'Appius Claudius serait une pure invention. En tout état de cause, la création des Douze Tables a été un jalon dans l'histoire romaine. Rome devrait désormais être une société dirigée par la loi plutôt que par les hommes.

C'est ainsi qu'est née la célèbre loi romaine écrite, les Douze Tables. Les lois ont été gravées dans du cuivre et exposées en permanence au public. Les douze tables en cuivre étaient un simple ensemble de règles régissant le comportement public, privé et politique de chaque Romain.

Lire le résumé du contenu des 12 tables.


Guerre avec l'Étrurie, les Volsques, les Équiens et les Faleriens (431 avant JC)

Le pouvoir des tribus montagnardes Aequian, Sabine et Volscian fut finalement - et inévitablement - brisé. Les Équiens ont été défaits à leur forteresse sur le mont Algidus en 431 avant JC. Dans toutes les guerres du Ve siècle avant JC, la victoire était systématiquement du côté de Rome et de ses alliés. Habituellement, cela impliquait un gain de territoire par les vainqueurs, la part du lion allant à Rome dont la force augmentait donc constamment.

À la fin du Ve siècle avant JC Rome était en fait devenue la maîtresse du Latium. Les villes latines, connues sous le nom de Ligue latine, pouvaient encore être indépendantes, mais elles étaient de plus en plus soumises au pouvoir et à l'influence romains. Une dernière guerre avec les Étrusques de Veii a conduit à la chute de la grande ville en 396 avant JC lorsque Marcus Furius Camillus et son commandant en second Cornelius Scipio l'ont assiégée et ont réussi à miner les murs. Veii était une ville si importante et si belle, sa conquête a été une victoire substantielle pour Rome et marque une étape importante dans son ascension au pouvoir. Célèbre, la grande statue de Junon, reine des dieux, a été prise à Veii, déplacée à Rome et placée dans un temple spécialement construit pour elle.

La victoire décisive sur Veii, qui a ajouté une grande zone à l'ouest du Tibre au territoire romain, était en partie due à la pression sur l'Étrurie par un nouvel ennemi, les Gaulois, qui à ce moment avait complètement envahi le bassin du Pô et de là traversaient les Apennins en Étrurie même. Les Étrusques avaient également été chassés de leurs possessions en Campanie, au sud-est du Latium, par les Samnites, descendant des collines.

Rome est restée pratiquement dans un état de guerre constant. En 394 avant JC, c'est au tour des Falerii. Lorsque Camillus est arrivé pour assiéger, un enseignant a enlevé plusieurs enfants nobles à sa charge et les a livrés aux Romains, promettant qu'avec ces otages aux mains des Romains, les Faleriens étaient tenus de se rendre. Camillus n'en aurait rien. Il a libéré les enfants et les a renvoyés aux Falerii, avec l'enseignant perfide comme captif. Le résultat était saisissant. Les Faleriens étaient tellement frappés par l'acte honorable de leur ennemi qu'ils se rendirent aussitôt.

La reddition des Falerii est une mauvaise nouvelle pour Camillus, car son armée espère un pillage. La division du butin de Veii avait déjà déçu beaucoup, maintenant l'échec à gagner un butin d'un ennemi devenu ami éclata de colère. Ses célébrations à Rome lors de son triomphe en faisant tirer son char par quatre chevaux blancs (réputés sacrilèges à l'époque) n'avaient pas non plus contribué à sa popularité. Comme c'était si souvent le cas dans l'histoire de la république, elle s'est terminée devant les tribunaux. Camillus a été accusé d'avoir volé du butin (à Veii) appartenant à l'État.

Il fut exilé. La légende raconte que Camillus, indigné par une telle injustice et ingratitude, pria les dieux de faire en sorte que Rome ait besoin de son aide en retour.


Invasion par les Gaulois (386 avant JC)

Camillus réalisa rapidement son rêve : Les Gaulois arrivaient. L'invasion par les Gaulois au nord du territoire du Latinium a peut-être tellement affaibli l'Étrurie que Rome a pu enfin conquérir son vieil ennemi Veii, mais il ne fallut pas longtemps avant que le flot de barbares celtiques se dirige vers Rome. Il n'y avait aucun moyen d'arrêter cet assaut barbare féroce.

Les Gaulois déboulèrent à travers l'Étrurie et se dirigèrent vers Rome. En 386 avant JC ils rencontrèrent l'armée romaine à Allia (à 15Kms de Rome). Les alliés romains furent surpassés, les légionnaires complètement dépassé par ce qui se produisait et fuirent massivement.

La légende nous raconte l'invasion de la ville. Les barbares auraient pénétré par effraction dans la maison du Sénat et auraient été impressionnés par la dignité des sénateurs silencieux et assis, avant de tous les massacrer. La tentative d'attaque surprise contre le Capitole assiégé a été contrariée par le caquetage des oies sacrées de Junon qui a averti les gardes romains.

La situation désespérée de Rome a provoqué le rappel de Camillus. Nommé dictateur, il accouru pour rassembler les forces dont il pouvait encore disposer. Les contingents romains brisés furent rassemblés et des alliés convoqués. Alors que Rome saignait, l'homme qu'elle avait chassé si ingratement était désormais son seul espoir de sauvetage.

Les Romains et les Gaulois, après des mois d'occupation, ont cherché à parvenir à un règlement. Les Gaulois (de la puissante tribu des Senones) étaient en proie à la maladie et avaient également appris que leur propre territoire était envahi par les Vénètes en leur absence. La nourriture leur manquait et toutes les sorties à la campagne pour piller les denrées alimentaires avaient déjà été prises par Camillus pour nourrir ses soldats. La famine menaçait. Sans doute les Gaulois tenaient-ils à rentrer chez eux, mais pas plus que les Romains ne souhaitaient qu'ils partent. Il a donc été convenu qu'une rançon devait être payée. La somme était colossale: mille livres d'or. La légende raconte la célèbre scène de pesée sur des balances fixées par les Gaulois. Quand Quintus Sulpicius se plaignit de tricherie, le chef gaulois Brennus ajouta son épée au contrepoids avec les mots "Vae victis" ("Malheur aux vaincus").

Avant que la rançon n'ai été complètement payée, Camillus et son armée arrivérent. Il annonça à Brennus que Rome ne paierait pas en or, mais en acier. Cette histoire semble n'être qu'un tissu de mensonges destiné à redorer le blason de Rome, mais la réalité semble être que Rome étant à la merci des barbares décida d'acheter sa liberté. Le thème récurrent de l'histoire romaine est la force de ses ressources. Lorsqu'elle était vaincue, elle se regroupait toujours et se battait encore et encore. En outre, il peut y avoir eu des alliés prêts à soutenir Camillus, ne serait-ce que pour empêcher le déchaînement gaulois de se diriger vers Rome.

L'histoire de la victoire de Camillus sur les Gaulois peut donc être vraie. Le fait certain qui survit est que les Gaulois, après avoir dévasté l'Étrurie, se sont précipités à Rome, l'ont saccagée, puis ont reculé vers le nord. L'Étrurie ne se remit jamais du coup, au contraire de Rome.

Rome reconstruite (385 avant JC)

La ville de Rome avait été ravagée par la guerre contre les gaulois. Ces derniers n'ont peut-être pas pu prendre le Capitole mais une grande partie de la ville restante avait été dévastée.

La ville avait été si malmenée par le limogeage des barbares qu'on envisageait même d'abandonner la ville et de déplacer la population vers la belle ville de Veii à la place. Bien sûr, cela ne s'est jamais produit. Au lieu de cela, les matériaux de construction ont été fournis aux frais de l'État, afin que chaque citoyen reconstruise sa maison, à condition qu'il s'engage à le faire dans l'année.

On a souvent dit que le tracé délabré de Rome et ses rues chaotiques de la ville étaient le résultat direct de cette reconstruction précipitée. De même, il semble que les Romains, dans le cadre de cette reconstruction, aient finalement décidé de construire un mur d'enceinte approprié. On pense généralement que ce qu'on appelle le mur servien, comme les Romains l'attribuaient au roi Servius Tullius (qui, bien plus probablement, ne construisit les travaux de terrassement d'agger que sur les collines du Quirinal, de Viminal et d'Esquilin), aurait été construit après la retraite des Gaulois. Le mur s'étendait sur cinq miles de circonférence avec dix-neuf portes, embrassant les sept collines de Rome. Cette nouvelle impénétrabilité ne fait que renforcer les revendications romaines de domination sur la région au sens large. Elle pouvait donc faire la guerre dans la région sans craindre pour sa propre sécurité, car les tribus n'avaient pas les moyens de briser ces défenses.


Le conflit ultérieur des ordres

Les Gaulois s'étant retirés et Rome étant le chef confirmé du Latium, la vieille lutte entre les patriciens et les plébéiens reprit de nouveau de l'intensité. Naturellement elle n'avait jamais disparu, elle s'était poursuivie comme si un lent processus la faisait arriver à son paroxysme.

Les petits propriétaires fonciers plébéiens souffraient sous la pression du service militaire et les terribles pertes qu'ils avaient subies lors de l'invasion des Gaulois. Ils regardaient avec ressentiment les patriciens qui commandaient encore le consulat et avaient ainsi accès aux décisions concernant ce qui devait arriver aux terres conquises. La terre, sans aucun doute, de nombreux plébéiens espéraient recevoir une part de pour alléger leurs difficultés. Un effet majeur des guerres sur la société romaine fut de réduire considérablement le nombre de patriciens. Ayant une part de l'armée au-delà de leur proportion de la population, les patriciens avaient dû subir de terribles pertes pendant les guerres.

En dehors de cela plusieurs familles patriciennes ont vu des avantages politiques à défendre la cause des plébéiens, gagnant ainsi une grande popularité, mais servant à saper davantage le statut de la classe patricienne. Il s'agissait en grande partie des familles de ceux qui s'étaient mariés entre les classes, depuis que cela avait été autorisé en 445 avant JC. En dehors de cela, les plébéiens les plus riches avaient maintenant les yeux rivés sur le pouvoir, cherchant à occuper eux-mêmes leurs fonctions plutôt que d'assister simplement au Sénat.

Avec l'affaiblissement des patriciens et l'augmentation des aspirations des plébéiens, l'érosion des différences constitutionnelles entre les deux classes était inévitable.


Suite de l'histoire...

Toujours en train de s'améliorer, l'histoire de la République romaine oscillera par la suite entre des modifications de son système représentatif et l'établissement de liens avec les peuples alentours. De nombreuses guerres sont engagées également, pour contrôler le territoire alentours et éventuellement en gagner.






Copyright 2020 - 2021 - Toute reproduction interdite. Texte JLD - Lucien J. Heldé. Reproduit de empereurs-romains.net avec une ergonomie différente. Pour me contacter : contact@empereurs-romains.com. Pour consulter la politique de confidentialité du site veuillez cliquez ici : Politique de confidentialité.