Bandeau Empereurs romains

Les guerres samnites

D'Alexandre le Molossien à la loi hortensienne (326 à 287 avant JC)


Au début du IVe siècle avant JC Rome domine le Latium, elle est la puissance montante régionale qui a vaincu ses adversaires directs et accru fortement son territoire. Pendant 50 ans elle va poursuivre son extension avec les 2e et 3e guerres samnites.


Alexandre le Molossien

Le sud de l'Italie avec ses colonies grecques était tombé sous la domination syracusienne sous le règne de Denys. Cependant, avec sa mort en 367 avant JC et la disparition subséquente du pouvoir syracusain, cette zone, connue sous le nom de Magna Graecia, était devenue un territoire contesté.

Si Dionysius avait utilisé les féroces tribus montagnardes italiennes contre les villes grecques afin de les mettre sous son emprise, alors ces mêmes tribus montagnardes formèrent la Ligue bruttienne et se mirent à conquérir ces territoires par elles-mêmes.

En 343 avant JC, la ville de Tarente a finalement lancé un appel à l'aide à la puissante cité-état de Sparte. En réponse, le roi spartiate Archidamus dirigea une expédition. Pourtant, il échoua de façon désastreuse et le roi fut tué au combat contre les Lucaniens en 338 avant JC. En 334 avant JC, alors qu'Alexandre le Grand commençait la grande aventure orientale, son oncle Alexandre "le Molossien" d'Épire répondit à l'appel des Tarentins, très probablement avec ses propres rêves impériaux.

Alexandre d'Épire s'est révélé un général compétent et Rome a rapidement jugé sage de conclure avec lui un traité promettant de ne pas intervenir en faveur des Samnites (334 avant JC). Étant donné que les Samnites étaient des alliés de Rome à l'époque, c'était clairement une violation de la foi. Pourtant, Rome était très probablement préoccupée par la force et la qualité de la puissance militaire grecque déployée et a donc cherché à rester neutre.

Le succès du Molossian a été rapide, il a vaincu les Samnites et les Lucaniens au combat et a conquis ville après ville. Ces succès étaient si surprenants que Tarente s'inquiétait maintenant des ambitions de l'homme dont elle avait demandé l'aide. Pourtant, la carrière d'Alexandre devait être interrompue. En 330 avant JC, un assassin lucanien l'a poignardé avant de pouvoir consolider son pouvoir en Italie. Il n'a laissé aucun successeur pour poursuivre son projet à Magna Graecia.


La deuxième guerre samnite (326 avant JC)

La période entre la Grande Guerre latine et la Seconde Guerre samnite a vu les deux principales puissances militaires se bousculer pour se positionner sur le continent italien. Les Romains ont progressivement augmenté leur influence en Campanie, fondant des colonies dans des endroits stratégiques, aidant à protéger Capoue contre toute menace des Samnites. Pendant ce temps, la confédération samnite continue de faire la guerre à Tarente au sud.

Jusqu'à présent, les prétendus alliés pouvaient continuer leur paix difficile. Mais quand, en 334 avant JC, les Romains ont conclu un traité avec Alexandre "le Molossien" pour ne pas aider les Samnites à dissiper toute illusion sur leur appartenance. La paix fut maintenue pendant plusieurs années. Enfin, en 327 avant JC une dispute locale dans la ville de Néapolis a vu les Samnites y établir une garnison. Capoue se plaignait inévitablement à Rome. Les Romains ont cherché à négocier avec les Samnites mais ont été repoussés.

Ce qui avait semblé inévitable depuis le début était maintenant arrivé. Les deux principales puissances militaires allaient se battre pour la prédominance sur la péninsule italienne. Les Romains assiégèrent Néapolis et la Seconde Guerre Samnite commença (326 avant JC). Cette guerre a posé un nouveau défi aux Romains. Si la première guerre contre les Samnites avait prouvé que les légions pouvaient traiter avec les hommes des collines dans les plaines de Campanie, mais les affronter dans leurs bastions de montagne était une tout autre affaire. Donc, au début, une impasse s'est fait jour. Si les Samnites ne pouvaient pas s'aventurer dans les plaines, les Romains ne pouvaient pas circuler aisément dans les montagnes. En 325 avant JC, Rome a commencé à s'aventurer plus loin, pour la première fois avec une expédition militaire sur la côte adriatique. Des victoires mineures ont été remportées et de précieux alliés gagnés. La guerre avançait lentement, mais l'initiative semblait aller du côté des Romains.

Puis en 321 avant JC, un désastre les frappa.


Les fourches Caudine

Alors que Rome tentait un assaut frontal sur le cœur samnite, une armée de 20 000 Romains et alliés, dirigée par les deux consuls de la république, a été piégée par le général samnite Caius Pontius dans un col de montagne entre Capoue et Bénévent connu sous le nom des fourches de Caudine où elle pouvait ni avancer ni reculer. L'armée romaine a dû faire face à un certain anéantissement et a été contrainte de se rendre. Les peines imposées ont été l'une des humiliations les plus graves que Rome ait subies de toute son histoire. On avait perdu sans se battre.

Les troupes ont été désarmées et contraintes de subir un ancien rituel de soumission. Homme par homme, comme un ennemi vaincu et déshonoré, ils ont été obligés de passer "sous le joug". Dans ce cas, il s'agissait d'un joug fabriqué à partir de lances romaines, car il était considéré comme une grande indignité pour le soldat romain de perdre sa lance. Pendant ce temps, les consuls captifs acceptaient un traité de paix par lequel Rome rendrait plusieurs de ses villes campaniennes et livrerait pas moins de six cents cavaliers en otages. L'armée est rentrée chez elle en disgrâce. Les consuls ont démissionné. Rome était humiliée.

Le sénat refusa d'accepter le traité. Elle fit valoir que les deux consuls n'avaient pas le pouvoir d'accepter de telles conditions sans l'approbation préalable du Sénat de Rome. (Techniquement, le pouvoir sur les déclarations de guerre et de paix appartient aux comitia centuriata et la politique étrangère au sénat)

Bien sûr, c'était de la pure sémantique. Rome utiliserait n'importe quelle excuse pour lui permettre de se battre et d'effacer l'humiliation qu'elle venait de subir. Cruellement, les deux consuls furent remis aux Samnites pour que l'ennemi leur fasse ce qu'ils voulaient, en guise de punition pour avoir accepté un traité sans autorisation appropriée. Le seul à sortir de cette affaire avec honneur fut Caius Pontius. Car lorsque le général samnite s'est présenté avec les deux Romains, il a simplement rejeté toute idée de les punir et les a renvoyés à Rome comme des hommes libres. Ponce savait que son rejet de la sauvagerie ne faisait qu’accentuer la honte de Rome.

La guerre est maintenant revenue au rythme lent qu'elle avait pris avant l'attaque irréfléchie qui avait conduit à la catastrophe de Caudine. Au début, les Samnites avaient le dessus. Rome a été forcée de quitter certains bastions et en 315 avant JC, la stratégie romaine de pousser vers l'Adriatique a subi un coup d'éclat lors de la bataille de Lautulae.

Rome chancela. La Campanie était au bord du désert. Capua a même brièvement changé de camp et s'est allié aux Samnites. Mais Rome, comme sa force à travers les âges, redoubla d'efforts. Son prélèvement d'infanterie passa de deux à quatre légions. La guerre commença à tourner en faveur de Rome. En 314 avant JC, la forteresse samnite de Luceria fut conquise et transformée une colonie romaine. Surtout, les 600 cavaliers détenus en otages furent libérés.

La confédération samnite se retrouve invariablement repoussée sur tous les fronts.

Capoue se rend à la hâte et redevient un allié romain (314 avant JC). En 312 avant JC par ordre de censure Appius Claudius Caecus, Rome commença la construction de la Via Appia, la première de ses célèbres autoroutes militaires. C'était pour connecter Rome avec Capoue, lui permettant de déplacer des troupes et des fournitures à son allié avec beaucoup plus de facilité.

En 311 avant JC, un nouveau défi arriva. Les Samnites avaient réussis à réveiller plusieurs alliés pour se révolter contre la domination romaine. Après quarante ans de paix, les Tarquins et les Faleriens menèrent une révolte étrusque. Ainsi, les anciens ennemis, les Équiens, revinrent à l'attaque. Dans les montagnes centrales, les Marsi et Paeligni ont également changé de côté. Même les anciens alliés de Rome, les Herniciens, se sont rebellés.

Aussi graves que sonnent toutes ces révoltes, elles n'auraient pu contribuer à faire pencher la balance que si les Samnites avaient encore été à la hauteur de la puissance romaine. Mais ils ne l'étaient clairement plus. Rome était désormais capable de combattre sur deux fronts à la fois, de tenir et de vaincre les Étrusques tout en poursuivant leur avance contre les bastions de la montagne samnite. En 304 avant JC, les Samnites recherchaient la paix. Des traités ont été conclus tout autour avec les Samnites, les Étrusques et les petites tribus montagnardes qui s'étaient soulevées.

Rome pouvait se permettre d'être généreuse, ayant établi sa suprématie militaire sur toutes les parties impliquées.


La troisième guerre samnite (296 avant JC)

Après la fin de la Seconde Guerre samnite, Rome était libre de prendre son temps et de rattacher les extrémités laissées par la guerre. Il semblait évident que la compétition avec les Samnites n'était pas encore terminée et Rome chercha donc à mettre ses affaires en ordre en attendant l'inévitable compétition.

Ayant acquis la paix avec les Étrusques et les Samnites, Rome chercha à installer les petites tribus. Les herniciens ont obtenu la citoyenneté. Les Aequians ont été écrasés et ont vu leurs forteresses de montagne démantelées. La Via Valeria a alors commencé à relier les Romains au territoire équien. Une fois plus de menace militaire, les Aequians ont également obtenu la citoyenneté. Une brève guerre avec la tribu montagnarde des Marsi dans le centre de l'Italie les a vaincus et a ensuite accordé une alliance renouvelée. La guerre avec les Étrusques avait amené leurs voisins du Nord, les Ombriens, dans la sphère d'influence romaine. Dans une brève guerre, la ville ombrienne de Narnia a été conquise et a vu une colonie romaine établie à sa place. La Via Flaminia a été commencée pour permettre aux Romains d'accéder facilement à sa nouvelle colonie. Des alliances avec plusieurs villes de l'Ombrie ont été conclues.

Après cette brève période de consolidation, Rome a dominé une vaste zone du centre de l'Italie, était la puissance dirigeante de nombreuses alliances et possédait des routes militaires cruciales menant au nord, au sud et à l'ouest.

En 298 avant JC, les Lucaniens du sud de l'Italie ont approché Rome pour obtenir de l'aide contre les Samnites qui envahissaient leur territoire. Il ne fait aucun doute que Rome, désormais véritablement la principale puissance d'Italie, a dû être impatiente de régler une fois pour toutes cette ancienne rivalité. Par souci de formalité, le Sénat a exigé que les Samnites se retirent de Lucanie. Comme prévu, les Samnites ont rejeté cette demande et la guerre fut déclarée.

Lucius Scipio Barbatus fit marcher son armée au sud de la Campanie en Lucanie où il a rapidement chassé les Samnites de la région. Pourtant, les forces de Rome étaient maintenant au maximum. Jamais auparavant elle n'avait opéré avec ses troupes si loin au sud. En 296 avant JC, les Samnites ont attaqué avec deux forces distinctes. La petite armée s'installe en Campanie, la force majeure, commandée par un Gellius Egnatius, se déplace vers le nord à travers le territoire de Sabine et l'Ombrie jusqu'à ce qu'elle atteigne la frontière avec la tribu gauloise des Senones. Tout au long de sa marche, il avait rassemblé de nouvelles forces. Maintenant, il a été rejoint par les féroces Senones et de nombreux Étrusques. Ce vaste hôte rencontrait maintenant l'armée de Scipion Barbatus qui suivait Egnatius depuis qu'il avait quitté le territoire samnite.

Les Romains sous Scipion Barbatus subirent une défaite écrasante à Camerinum (295 avant JC). Les Samnites, conscients de l'énorme puissance que leur ennemi devenait, avaient élevé les enjeux à des niveaux jamais vus en Italie.

Ayant été sensibilisée au danger par la défaite de Camerinum, Rome a levé une force sans précédent en réponse et a mis 40 000 hommes sur le terrain sous le commandement de Fabius Rullianus et Publius Decius Mus.

Il devait être évident pour tous que la lutte de ces deux grandes forces déciderait du sort de l'Italie.

Les armées sont réunirent à Sentinum en 295 avant JC. Fabius commandait le côté gauche et tenait calmement la force samnite en échec, gagnant progressivement du terrain sur leur ennemi. Decius a vu son aile droite horriblement malmenée par les féroces Gaulois et leurs chars terrifiants. Le côté droit romain a tenu, bien que juste. Decius a perdu la vie à cause de l'accusation gauloise. C'était suffisant. L'aile droite se tenant, l'avance progressive de la gauche contre les Samnites décida de la bataille. Le chef samnite Egnatius est mort dans le massacre et sa coalition a perdu un très grand nombre d'hommes.

Dans l'année (295 avant JC), Fabius reçu la reddition des rebelles de l'Ombrie et les Gaulois ont cherché la paix. En 294 avant JC, les villes étrusques qui s'étaient jointes à la révolte avaient également fait la paix avec Rome. La défaite écrasante des Samnites et de ses alliés dans le nord a maintenant quitté Rome pour s'occuper du territoire samnite.

Lucius Papirius Cursor envahit Samnium et à Aquilonia en 293 avant JC, remportant une écrasante victoire sur l'ennemi, non seulement en battant leur ennemi principal, mais en écrasant l'infâme "Linen Legion" qui représentait la force de combat d'élite des Samnites. La bataille d'Aquilonie a également vu Lucius Scipio Barbatus racheté de sa défaite à Camerinum. Commandant l'aile gauche, il a précipité les portes de la ville qui avaient été ouvertes pour permettre à l'armée vaincue de battre en retraite.

La bataille d'Aquilonie a donc vu les Samnites perdre leur corps de combat d'élite, la ville d'Aquilonie, subir la mort de 20 000 hommes et la capture de 3 500 autres. Célèbre à juste titre pour leur courage et leur ténacité avec laquelle les Samnites se sont battus, leur cas était pourtant sans espoir. Le consul Manius Curius Dentatus les a vaincus une dernière fois en 290 avant JC et par la suite les Samnites ne pouvaient tout simplement plus combattre. En 290 avant JC, la paix a été convenue, peut-être à des conditions plus favorables pour les Samnites que Rome n'aurait accordé un ennemi moins obstiné. Ils perdirent une partie de leurs territoires et ont été forcés de devenir des alliés de Rome. Presque tout autour des Samnites, leurs voisins étaient désormais alliés à Rome, ce qui rend impossible toute autre action samnite indépendante.

Des colonies militaires romaines ont été installées en Campanie ainsi qu'à la périphérie orientale de Samnium.


La "loi hortensienne" (287 avant JC)

L'année 287 avant JC a vu le dernier épisode du conflit des ordres. Les rations liciniennes de 367 avant JC avaient principalement porté sur le droit des plébéiens de se présenter aux élections au consulat. Cependant, il traitait également de la réforme agraire et de la dette.

Pourtant, ces deux derniers points ont été facilement contournés par les riches et les puissants. Mais après la fin de la troisième guerre samnite, la question de la dette a de nouveau débordé. La dernière sécession a vu les plébéiens abandonner à nouveau Rome et prendre la colline du Janicule à travers le Tibre. Hortensius a été élu dictateur pour résoudre la crise.

Il a mis en place plusieurs lois pour satisfaire les demandes plébéiennes. Les lois prévoyaient la distribution de terres publiques aux citoyens et l'annulation de dettes. On soupçonne que, comme d'habitude, une telle législation n'aura rencontré qu'un succès limité.

Mais surtout, la loi hortensienne a également accordé à l'assemblée plébéienne (concilium plebis) le droit d'adopter des lois qui seraient contraignantes pour tous les Romains, qu'ils soient plébéiens ou patriciens. Dans ce dernier saut, le pouvoir était enfin établi entre les mains du peuple ordinaire de Rome. Le privilège de l'aristocratie avait été rompu.

Pourtant, il faut être prudent pour ne pas exagérer ce changement. La loi hortensienne a sans aucun doute été une étape capitale. Elle mit fin à l'érosion progressive du pouvoir de ceux dont la seule qualification était la naissance aristocratique. La cause patricienne a été perdue. Pourtant, le pouvoir et les privilèges restaient entièrement réservés aux riches. Bien sûr, il n’importe plus si la richesse d’un individu est issue de l’ascendance patricienne ou plébéienne. Néanmoins, la richesse est restée la principale exigence pour accéder à toute position de pouvoir.

Même si le concilium plebis avait acquis le droit d'adopter des lois, les citoyens ordinaires n'avaient pas voix au chapitre lors de ces réunions. Les orateurs des deux chambres législatrices, le concilium plebis et la comitia tributa, ont toujours été les riches privilégiés. Donc, si ce sont les pauvres qui ont dominé ces conseils par le vote, ce sont les privilégiés qui ont décidé de ce qu'ils voteraient.


Suite de l'histoire...

La suite de l'histoire de la République romaine prend dans la direction de Carthage. C'est au cours de l'épisode suivant que Rome prend vraiment une grande puissance régionale.






Copyright 2020 - 2021 - Toute reproduction interdite. Texte JLD - Lucien J. Heldé. Reproduit de empereurs-romains.net avec une ergonomie différente. Pour me contacter : contact@empereurs-romains.com. Pour consulter la politique de confidentialité du site veuillez cliquez ici : Politique de confidentialité.