Bandeau Empereurs romains

Les douze tables de la loi


Le code romain des douze tables a duré aussi longtemps que l'Empire romain lui-même. Plus important encore, ils représentaient un code écrit qui s'appliquait à l'échelle sociale, des patriciens aux plébéiens. Les douze tables sont généralement considérés comme le début du droit européen et sont donc considérés comme un jalon dans l'histoire.

Il est cependant surprenant que seuls des extraits des lois survivent à ce jour. Les tables originales ont été détruites en 390 avant JC lorsque les Gaulois ont occupé et pillé Rome. Naturellement, ils doivent avoir survécu sous une autre forme, mais peu de choses se sont passées à travers le temps jusqu'à nos jours. Certains manuscrits ne sont que partiellement lisibles. La liste sur cette page n'est pas absolument complète. Certains points restent confus. De ce qui reste, il semble évident que les règles semblaient dériver spécifiquement des cas présidés par les décemvirs. Par conséquent, cela peut sembler un peu confus.

Certaines lois peuvent paraître étranges, d'autres semblent extrêmement dures. Voici un résumé de ce que dit chacune de ces tables.


Table Une

Si un homme est cité à comparaître, il doit y aller. S'il ne le faisait pas, un témoin serait appelé (pour confirmer qu'il n'était pas venu). Par la suite, il pourrait être saisi et traduit en justice par la force. Si l'âge ou l'infirmité empêchait la personne convoquée de se présenter au tribunal, le transport devait être assuré. La personne convoquée pourrait être représentée par un avocat. L'avocat d'un homme riche devait être lui-même un homme riche. (Cela parce que, en étant son "défenseur", il a assumé en droit les responsabilités de l'accusé.) Si les deux parties au tribunal ont accepté de faire un compromis, le juge (préteur) l'a annoncé. S'ils ne pouvaient pas parvenir à un accord, ils devaient exposer leur cause au Forum avant midi. Si quelqu'un ne se présentait pas, le juge trouverait en faveur de celui qui serait venu. Si les deux venaient, le procès ne devait durer que jusqu'au coucher du soleil.


Table deux

Si une maladie grave ou un devoir religieux important, ou des affaires d'État, empêchaient d'autres personnes convoquées ou son avocat de se présenter, l'affaire devait être renvoyée à une date plus appropriée. Si un témoin ne se présente pas, la partie qui l'a convoqué pourrait crier et crier devant sa maison tous les trois jours pour qu'il se présente au tribunal. Il a été jugé légal, si un voleur a été tué la nuit, ou s'il a été tué le jour alors qu'il tentait de riposter avec une arme. Concernant le vol; si un voleur était un homme libre, il était fouetté puis remis à la personne à qui il avait volé pour rembourser les dommages qu'il avait causés, si nécessaire en travaillant pour lui. Si le voleur était cependant un esclave, il a été fouetté puis jeté à sa mort au large de la falaise de la colline du Capitole connue sous le nom de Rocher Tarpéien.

Si le voleur était un enfant, il appartenait au juge (préteur) de décider s'il devait être fouetté et forcé de compenser ses actes. Si un voleur était reconnu coupable, mais que les biens volés n'étaient pas récupérés, le voleur devrait payer le double de sa valeur. Si quelqu'un coupait secrètement les arbres de quelqu'un d'autre, il n'aurait pas à payer vingt-cinq ânes pour chaque arbre. Si un homme s'était installé avec un voleur à l'amiable et avait reçu des réparations, il ne pourrait plus le traduire en justice pour le crime. Les biens volés sont restés la propriété du propriétaire, quelle que soit la durée de sa séparation. Ils ne peuvent pas être légalement achetés par un autre.


Table trois

Si quelqu'un fraudait un autre en ne lui rendant pas ce qui lui avait été remis pour garde, il devrait payer le double du montant de la pénalité. Il y avait maintenant un taux d'intérêt maximum, l'uniarium faemus (foemus?) (Très probablement 10%) Pour le paiement d'une dette confirmée par un tribunal, on avait trente jours pour payer. Par la suite, une personne pourrait être saisie de force et le tribunal en remettrait une au créancier pour une durée maximale de soixante jours (le plus probable pour le travail). Par la suite, un pourrait être vendu en esclavage. Un non-romain ne pouvait pas acquérir de propriété par usucapio (voir tableau quatre). Un propriétaire romain pouvait toujours lui demander de lui être restitué. Un paragraphe très effrayant suggère que si un homme a une dette envers plusieurs, ils peuvent alors après 60 jours le diviser en plusieurs parties. Il est probable que cette division s'appliquait à la valeur qu'il a récupérée en tant qu'esclave, mais ce n'est pas clair. Certains soupçonnent qu'il peut en effet s'agir d'une division du corps.


Table quatre

Un père avait droit à la vie et à la mort sur ses enfants (patria potestas). S'il devait cependant vendre le fils trois fois, le fils devrait être libre de ce lien d'autorité. Un père avait le droit de tuer son enfant déformé. Un enfant né dans les dix mois suivant la mort de l'homme doit être considéré comme son héritier légitime.


Table cinq

Une femme devait rester sous la tutelle d'un homme, quel que soit son âge. La seule exception était les vierges vestales. La dot d'une femme ne peut être pleinement acquise par le mariage, sauf avec sa permission et celle de son tuteur. (Au moment du divorce, elle (c'est-à-dire son tuteur) a reçu sa dot) Si un homme décède en laissant un testament, cela est juridiquement contraignant. S'il n'avait pas de fils et mourait sans testament, alors le parent masculin le plus proche d'un ancêtre masculin commun (agné) était l'héritier. S'il n'y avait pas non plus un tel homme, les membres de sa famille élargie (la gens) hériteraient de ses biens. Si un homme devenait fou et n'avait pas de tuteur, les agnats ou la gens devaient s'occuper de lui et de ses affaires. Une personne "gaspilleuse" (dépensier) ne pouvait pas être laissée seul pour administrer sa propre succession. Il devrait être placé sous la tutelle de ses agnats. Si un esclave libéré meurt sans héritiers, ses biens devraient tomber entre les mains de son ancien patron ou de ses descendants. Les héritiers d'un défunt ne pouvaient être poursuivis que pour la proportion de la dette en fonction de leur part d'héritage. Il en va de même de leur droit d'intenter des poursuites s'ils devaient réclamer des créances du défunt.


Table six

Pour une vente de terrain, un accord formel était nécessaire. Cet accord pouvait être verbal. Une fois faite, elle était juridiquement contraignante. Si un mécène ordonne la libération de son esclave par testament, ou accepte de le libérer à une condition que l'esclave remplit, ou si l'esclave paie son prix d'achat au propriétaire, alors l'esclave doit être libéré. Si un bien avait été vendu, il ne devrait pas être réputé acquis tant que l'acheteur n'aurait pas payé. Usucapio était le nom donné pour l'acquisition de biens par possession. Si elle était entre vos mains pendant un an, elle vous appartenait de droit. Pour les terrains et les bâtiments, le délai était de deux ans. Si une femme vivait avec un homme pendant un an, elle était la sienne en mariage par usucapio. (Notez que c'est la même règle que pour une femme comme pour tout bien.) Si elle voulait éviter cela, elle devait rester absente de sa maison pendant trois nuits successives par an. S'il y a eu deux réclamations contradictoires d'autrui sur un homme, l'une le réclamant comme esclave, l'autre le réclamant libre, alors en l'absence de preuve, le juge (préteur) doit statuer en faveur de la liberté. Personne ne devait enlever du matériel ou modifier un bâtiment ou un vignoble sans l'autorisation du propriétaire. Qui l'a fait était tenu de payer deux fois le coût des dommages. Si un homme souhaite divorcer de sa femme, il doit en fournir la raison.


Table sept (ou huit)

Une distance de deux pieds et demi devait être laissée entre les bâtiments. Les sociétés et les associations peuvent former des règles internes comme elles le souhaitent, tant que celles-ci ne violent pas la loi. Un espace de cinq pieds devait être laissé entre les champs adjacents. En cas de différend au sujet de la frontière entre les champs adjacents, le préteur devait envoyer trois enquêteurs pour examiner le problème. En entendant leur rapport, il devrait décider de la frontière. On a été autorisé à retirer une branche de l'arbre d'un voisin qui surplombait sa propriété. En fait, on avait le droit d'enlever l'arbre entier.

Le propriétaire d'un arbre a été autorisé à ramasser des fruits qui étaient tombés sur les terres de son voisin. Une route droite devait avoir huit pieds de large et lorsqu'elle était courbe, elle devait avoir seize pieds de large. Si la terre d'un homme peut se trouver à côté de la route, n'importe qui aurait le droit de conduire des wagons ou des animaux dessus, à moins qu'il ne l'enferme (avec une haie, un mur ou une clôture, on pourrait supposer. - Cette loi était très susceptible de permettre aux voyageurs de virer hors de la route si elle avait été rendue impraticable par la pluie.) L'entretien des routes était la responsabilité de ceux sur la propriété de laquelle ils étaient bordés.


Table huit (ou sept)

Si un animal causait des dommages, son propriétaire devait en payer les frais ou le remettre à la partie lésée. Tout dommage accidentel ou non intentionnel devait être réparé ou payé par son auteur. Pour le vol ou la destruction des récoltes, il y avait la peine de mort (matraquage à mort).

Si la personne qui a conduit à la destruction était encore un enfant, il était dans la capacité du préteur de lui ordonner la flagellation en plus du double du prix des dommages-intérêts payés. Un fermier qui laissait paître ses animaux dans les champs d'un autre devait les perdre en paiement. Celui qui a incendié un bâtiment ou du grain près d'un bâtiment devait être fouetté et brûlé vif. Pourtant, s'il l'avait fait involontairement, il devait en payer le prix ou se voir infliger une peine plus appropriée. Pour une blessure qui n'a pas été jugée grave, la sanction était de vingt ânes. Pour la calomnie, il y avait la peine de mort (matraquer à mort).

Si une personne en blessait une autre et n'offrait aucune réparation, des représailles étaient autorisées. Pour avoir cassé l'os ou la dent d'un homme libre, la sanction était de trois cents ânes. La même blessure à un esclave coûterait 150 ânes. La peine pour insulte était de vingt-cinq ânes. Quiconque était un témoin officiel d'une vente ou d'un testament qui a ensuite refusé de témoigner a été rendu infâme (déshonoré) et ne peut plus jamais témoigner par la suite. Si une blessure était causée par une arme quittant accidentellement la main (peut-être lors de l'exercice d'armes sur le Campus Martius), alors un bélier devait être sacrifié publiquement pour expier l'acte. La pénalité pour parjure devait être la chute à mort depuis le rocher tarpéen. La peine pour meurtre était la mort, sans surprise. Pourtant, la peine encourue pour avoir causé la mort accidentellement était simplement le devoir de fournir un bélier pour le sacrifice public pour expier le meurtre et apaiser les proches du défunt. C'était une offense de lancer ou de faire lancer un sort à une autre sorcière. La peine était la mort. Tuer son père était considéré comme le pire crime. Celui qui a tué l'un de ses pères (père grand-père, etc.) devait être cousu dans un sac en cuir avec un chien, une vipère, un coq et un singe, puis jeté dans le Tibre. (En dehors de Rome, le sac en cuir sera jeté dans un autre plan d'eau ou jeté aux bêtes sauvages.) Un client qui fraude ses clients a été interdit. (Cela signifiait qu'il pouvait être tué par quiconque en toute impunité, mais dans la pratique, il pouvait fuir en exil.)


Table neuf

Aucune loi ne doit rendre des jugements en faveur des individus au détriment des autres, quels que soient leur rang et leur statut, contre les lois de Rome. (En bref : tout le monde est égal devant la loi, du moins avant le jugement.) Les mêmes droits et protections de la loi devaient s'appliquer à tous les habitants des campagnes et au peuple de Rome. Un juge reconnu coupable d'avoir reçu un pot-de-vin sera mis à mort. Les condamnations à mort n'étaient désormais autorisées que par les tribunaux. Et la dernière cour d'appel en matière de peine de mort serait la Comitia Centuriata. Les procureurs devaient être nommés "par le peuple". En pratique, cela signifiait qu'ils étaient nommés par les consuls. Les réunions de nuit étaient interdites, sous peine de mort. Il était interdit de manifester dans les rues contre une autre personne. On était autorisé à manifester pour ou contre une cause particulière, mais pas contre une personne en particulier.

La trahison (attiser un ennemi ou livrer un Romain à un ennemi) était passible de la peine de mort. Personne ne devrait être mis à mort sans condamnation, quel que soit le crime ont il est accusé. (Auparavant, certains prêteurs avaient jugé bon de condamner à mort certains débiteurs qui n'avaient pas payé.)


Table dix

Aucun enterrement ni crémation n'était autorisé à l'intérieur des murs de la ville.

Plusieurs règles tentent de restreindre un deuil trop zélé ou des funérailles trop flamboyantes. Un individu ne pouvait avoir qu'un seul enterrement. Les bûchers ne doivent pas être construits en bois poli. Les femmes ne doivent pas lacérer leur visage ou se gratter les joues en deuil, ni pleurer. Les dépenses pour les cérémonies funéraires ne doivent pas dépasser ce qui a été jugé approprié. Pas plus de trois femmes ne doivent préparer le corps pour les funérailles. Le cortège funèbre doit être accompagné de dix joueurs de flûte au maximum. Il était interdit de placer un corps sur un bûcher funéraire avec de l'or dessus. Tous ses bijoux devait être retirés. La seule exception était si le corps avait de l'or dentaire. Aucun vin ni parfum ne doit être saupoudré sur le bûcher, etc. Plus concrètement, un bûcher ne peut être construit à moins de dix mètres d'un bâtiment sans l'autorisation du propriétaire. Sur une note impitoyable, les règles stipulent également qu'aucun esclave mort ne doit être oint pour des funérailles, ni boire ni banquet en son honneur. L'usucapio ne doit permettre à personne de s'approcher d'une partie ou d'une partie d'une tombe. Les assemblées populaires ne devaient pas avoir lieu à la mort de l'un d'eux qui s'était distingué au service de l'État.


Table onze

Le mariage entre patriciens et plébéiens était interdit. (Cette loi a été retirée peu de temps après) Aucune affaire "de grande importance" ne devrait être décidée sans vote du peuple.


Table douze

Une loi ou une décision de justice plus récente sur un sujet annulait une plus ancienne.

Rien ne peut être rendu sacré (pour le sacrifice ou comme un temple) dont la propriété est contestée. Si un esclave commet des dommages, le propriétaire est responsable des réparations. Si l'esclave a agi à la connaissance du propriétaire, le propriétaire est passible d'une sanction. Les niveaux de sanctions pour voies de fait ont également été définis; le niveau varie selon le statut de la personne qui a commis le crime. Plus dur pour un plébéien, plus doux pour un patricien. Et si la victime du crime était un simple esclave, la peine serait encore réduite. Les lois établissent également une distinction entre un homicide intentionnel et un homicide accidentel.

Et l'historien Pline l'Ancien nous dit que la peine pour meurtre selon les Douze Tables était inférieure à celle pour vol de récoltes. (Pour le meurtre, c'était la mort par matraquage à mort. Pour le vol des récoltes, c'était la même chose, mais on l'a pendu après ("en sacrifice à Ceres")



Copyright 2020 - 2021 - Toute reproduction interdite. Texte JLD - Lucien J. Heldé. Reproduit de empereurs-romains.net avec une ergonomie différente. Pour me contacter : contact@empereurs-romains.com. Pour consulter la politique de confidentialité du site veuillez cliquez ici : Politique de confidentialité.