Bandeau Empereurs romains

Pyrrhus d'Epirus

De la montée de Pyrrhus d'Epirus aux Mamertines (282 à 270 avant JC)


Les guerres contre les samnites étant terminées, Rome se tourne vers d'autres conflits, imposés ou volontairement déclenchés. L'un de ces principaux rivaux au cours des décennies suivantes sera son plus grand rival historique : Carthage. C'est à partir de maintenant qu'entre en jeu les premières confrontations entre ces deux puissants territoires.


Guerre avec les Étrusques et les Gaulois (En 284 avant JC)

Les troubles suscités par Egnatius et sa campagne dans le nord lors de la troisième guerre samnite se sont répercutés depuis quelque temps dans le nord de l'Italie. En 284 avant JC, une armée d'Etrusques et de Gaulois de la tribu des Senones assiégea Arretium. La force romaine envoyée pour soulager la ville a subi une défaite écrasante, perdant 13 000 hommes. Plusieurs villes étrusques se sont jointes à la révolte. Des poches d'agitation allaient jusqu'à Samnium et Lucania. La guerre fut brève, mais livrée avec une intensité saisissante. Rome, ses troupes qui ne sont liées par aucun autre conflit, est libre d'engager autant de troupes que nécessaire pour éliminer définitivement le problème. Elle l'a fait si durement.

Le soulèvement étrusque a été écrasé. Manius Curius Dentatus a mené une force puissante sur le territoire des Senones. L'armée gauloise a été anéantie et la zone plus large a été incendiée. La tribu des Senones a été complètement chassée des terres situées entre les rivières Rubicon et Aesis. Dans cette région dévastée, les Romains ont ensuite planté la colonie de Sena pour la dominer désormais.

Si la campagne avait été si brutale, le territoire autour de Sena a été dévasté pendant cinquante ans. Les voisins gaulois des Senones, les Boii, craignaient désormais un sort similaire et envahissaient l'Étrurie en grand nombre. Les Étrusques y voient une fois de plus l'occasion de se joindre à la lutte contre la domination romaine.

En 283 avant JC, P. Cornelius Dolabella rencontra leurs forces conjointes près du lac Vadimo et les battit. En 282 avant JC, les Boii tentèrent une nouvelle invasion, mais furent de nouveau sévèrement vaincus. Ils cherchèrent la paix et ont obtenu un traité à des conditions assez faciles, probablement parce que l’attention de Rome était attirée vers le sud de l’Italie, un endroit où les ennuis remuaient avec Tarente et le roi Pyrrhus. Si les Gaulois avaient été si lourdement vaincus, la paix devrait durer encore cinquante ans.

Les rebelles étrusques continueront de combattre encore quelque temps, mais capituleront finalement face à une inévitable défaite. Ils ont tous deux obtenu des conditions de faveur, à un moment où Rome avait un besoin urgent de paix dans ses territoires du nord.


Pyrrhus d'Epirus (318 à 272 avant JC)

Depuis la mort d'Alexandre "le Molossien" en 330 avant JC, la lutte entre les tribus montagnardes du sud de l'Italie et les villes grecques s'était poursuivie sans relâche. La ville de Tarente avait continuellement recherché l'aide des puissances grecques mais avait peu réussie. Ni l'intervention de Cléonymus de Sparte en 303 avant JC ni d'Agathocle de Syracuse en 298 avant JC n'avaient conduit à aucune amélioration.

Plus encore, si certaines de ces interventions avaient vu Tarente agir au mépris égoïste des intérêts des autres villes grecques de Magna Graecia, alors ces villes étaient venues voir Tarente avec suspicion. En 282 avant JC, la ville grecque de Thurii sur le golfe d'Otrante, au pied de l'Italie, a demandé à Rome de l'aide contre les attaques persistantes des Lucaniens et des Bruttiens.

Quand Rome intervint, envoyant un consul C.Fabricius avec une force et une petite flotte, Tarente protesta. Les Tarentins y voyaient une violation de leur traité de 302 avant JC, qui interdisait aux navires romains d'entrer dans la baie de Tarente. Rome a fait valoir que le traité était obsolète étant donné que la situation politique avait considérablement changé depuis, notamment avec la destruction du pouvoir samnite. En outre, ont-ils soutenu, ils étaient simplement là pour aider à défendre un autre voisin grec des Tarentins.

Pendant ce temps, les Tarentins nourrissaient encore du ressentiment pour l'insulte perçue qu'ils avaient subie lorsque Rome avait repoussé l'un de leurs efforts de médiation entre les factions en guerre dans la troisième guerre samnite. Or, cette intervention dans leur sphère d'influence était perçue comme une provocation supplémentaire. Pourtant, la paix inquiète se tenait toujours.

La campagne de Fabricius a été rapide et réussie. Après avoir expulsé les envahisseurs lucaniens et bruttiens, il est retourné à Rome avec sa force principale, laissant derrière lui une garnison protectrice et certains des navires de patrouille.

C'est alors que les Tarentins ont été attaqués. Ils mobilisèrent leurs forces et attaquèrent la garnison romaine de Thurii et coulèrent ou capturèrent plusieurs navires romains dans la baie. Cette réaction extrême peut s'expliquer par des facteurs volatils dans la politique intérieure de la Tarentine à l'époque. Il est également probable que Tarente était disposé à tolérer à contrecœur l'intervention romaine à Thurii, mais a vu une garnison romaine rester derrière comme un pas trop loin.

Les Romains ont réagi de manière étonnamment pacifique. Peut-être parce qu'ils étaient encore engagés dans le règlement d'une guerre courte et acharnée avec les Gaulois des tribus Boii et Senones et certaines villes étrusques. Ils n’ont peut-être pas eu d’appétit pour un engagement majeur dans l’extrême sud de la péninsule et ont donc cherché à parvenir à un accord de paix. Tout ce qui était demandé aux Tarentins était de compenser les navires coulés. Tarentum s'est cependant senti soutenu par la nouvelle qu'un autre dirigeant étranger s'était engagé à se battre pour leur cause et avait rejeté la demande romaine. L'homme qui avait promis son aide n'était pas moins que le roi Pyrrhus d'Epire.

Pyrrhus, roi d'Épire, était le neveu et le successeur d'Alexandre "le Molossien" qui avait déjà apporté de l'aide. Il était marié à une fille d'Agathoclès de Syracuse, ce qui lui aurait peut-être donné l'espoir de succéder à ce trône à temps. La Sicile peut donc avoir été son véritable objectif, le sud de l'Italie n'étant qu'un tremplin à cette fin. Pyrrhus a peut-être vu cela comme son opportunité de faire à l'ouest, ce qu'Alexandre le Grand avait accompli si célèbre à l'est. Ce n'était peut-être pas un vain espoir. Le roi Pyrrhus avait la réputation d'être le plus grand chef militaire depuis Alexandre le Grand.

Comme il convenait à sa réputation, Pyrrhus arriva avec une armée de 25 000 hommes, issus de divers quartiers des "États successeurs" de l’empire d’Alexandre. Il devait également introduire l'éléphant de guerre sur le champ de bataille de l'ouest, amenant avec lui vingt de ces redoutables animaux. Les Tarentines ont rapidement réalisé qu'ils avaient obtenu plus que ce qu'ils avaient négocié lorsqu'ils ont été placés sous le régime de la loi martiale (281 avant JC). Les autres villes grecques sont restées à distance, n'ayant pas demandé les services du célèbre général en premier lieu.

Rome était naturellement inquiète. Elle a fait face à un défi comme jamais auparavant. Les plus belles armes grecques étaient assemblées contre elle. Une très grande force a été soulevée, jusqu'à la classe la plus basse de citoyens, qui étaient les moins susceptibles d'être appelés. Une armée consulaire a été envoyée au nord pour réprimer un autre soulèvement par les Étrusques. L'autre, commandé par Publius Valerius Laevinus, a été envoyé au sud pour rencontrer Pyrrhus. Laevinus a traversé la Lucanie où il avait besoin de garnir certaines de ses forces pour assurer sa retraite. Avec une force de 20 000 hommes, Laevinus rencontra Pyrrhus à Héraclée (280 avant JC).

La bataille a été féroce. Les légions romaines se sont avérées correspondre à la phalange hautement formée de Pyrrhus. Même la cavalerie romaine, notoirement peu fiable, a remporté un certain succès. À un moment donné, Pyrrhus avait son cheval tué sous lui et avait besoin d'être sauvé.

Pourtant, les Romains n'avaient encore jamais vu ni surtout combattu un éléphant. Les éléphants de guerre ont jeté la cavalerie romaine dans le désarroi et les cavaliers ont été chassés. Cela a laissé les flancs des légions romaines exposés. Ils ont été débordés et mis en déroute. Les pertes romaines auraient été de 15 000 hommes. Compte tenu de leur total initial de 20 000, ce fut une défaite écrasante.

Pourtant, l'armée de Pyrrhus elle-même n'avait pas fait beaucoup mieux. Si graves avaient été ses propres pertes, il a commenté de façon célèbre qu'une autre victoire de ce type lui ferait perdre la guerre. C’est donc au roi Pyrrhus que nous devons l’expression d’une "victoire à la Pyrrhus", définissant une victoire remportée à un prix trop élevé.

Si Pyrrhus avait subi de lourdes pertes sur le champ de bataille, sa position globale s'était considérablement améliorée. La nouvelle de sa victoire à Héraclée a amené les Lucaniens, les Samnites et les villes grecques de son côté. Rome était en retraite tête baissée. A Rhegium, la légion romaine qui garnissait la ville se mutina. C'est à la lumière d'une telle crise que le conseiller en chef de Pyrrhus, Cineas, a été envoyé à Rome pour offrir la paix. Cineas s'est adressé au sénat, proposant que si Rome perdait tous ses territoires gagnés aux Lucaniens, Bruttians et Samnites et garantissait de quitter les villes grecques en paix, Pyrrhus offrirait une alliance.

Le Sénat a en effet hésité. Céder les territoires samnites après les terribles guerres que Rome avait subies pour les gagner serait extrêmement dur. Pourtant, Rome pourrait-elle une autre épreuve de force contre Pyrrhus maintenant qu'il jouissait de l'alliance de tout le sud de l'Italie? Il revint à Appius Claudius Caecus, ancien censeur maintenant âgé, infirme et aveugle, qui devait être porté au Sénat, de s'adresser à ses collègues sénateurs, les exhortant à ne pas céder et à tenir ferme contre l'envahisseur. Appius Claudius a remporté la victoire et la proposition de paix de Cineas a été rejetée.

La force de Pyrrhus marchait maintenant sur Rome. À travers la Campanie, ils ont poussé dans le Latium et ont atteint l'Anagnia, ou peut-être même Praeneste. Bien que de façon inattendue pour Pyrrhus, alors qu'il marchait dans ces régions, aucun nouvel allié n'a rejoint son camp. La Campanie et le Latium, semblait-il, préféraient la domination romaine à la sienne. Se trouvant loin de sa base de pouvoir, sans soutien local, la nouvelle lui parvint maintenant que l'armée consulaire sous Coruncianus, envoyée au nord pour s'occuper des Étrusques, revenait maintenant pour renforcer les forces de Laevinus. Pendant ce temps, à Rome, de nouveaux prélèvements étaient augmentés. Face à une telle démonstration de force, Pyrrhus jugea sage de se retirer dans les quartiers d'hiver de Tarente.

L'année qui suivit, Pyrrhus reprit l'avancée et entreprit d'assiéger la ville d'Asculum. Rome est venue à la rencontre de son armée avec une force de 40 000 hommes, dirigée par les deux consuls. Les forces de Pyrrhus étaient en nombre égal. La bataille d'Asculum (279 avant JC) se termina dans l'impasse, les forces romaines après une longue et dure bataille, incapables de faire plus impression sur la phalange macédonienne, se retirèrent dans leur camp. Dans l'ensemble, la victoire a été accordée à Pyrrhus, mais aucun avantage significatif n'a été obtenu. Les combats avaient été si durs que les deux camps s'étaient retirés, ne cherchant plus aucun concours cette année-là. Pourtant, les développements diplomatiques devaient apporter une nouvelle tournure.

Si l'on soupçonne que le but du roi Pyrrhus était toujours de chercher à dominer la Sicile, alors l'appel à l'aide de la ville de Syracuse devait être un rêve devenu réalité. Enfin, on lui a fourni une excuse pour faire campagne en Sicile. La ville de Syracuse a été bloquée par Carthage, elle avait donc besoin d'une aide urgente. De nombreuses villes grecques de l'île étaient tombées aux mains des Carthaginois ces dernières années.

Carthage elle-même s'approcha de Rome, offrant une aide financière et navale. Sans doute, c'était l'espoir des Carthaginois que Rome puisse occuper l'aventurier d'Épire en Italie, les laissant libres de conquérir toute la Sicile.

Si, au début, cela était rejeté, Rome finit par accepter une telle alliance, reconnaissant que, quels que soient les plans de Pyrrhus, il était leur ennemi commun. Si Carthage avait espéré garder le général grec logé en Italie, son plan avait échoué. Laissant une garnison derrière pour sécuriser Tarente, il s'embarqua pour la Sicile en 278 avant JC. Avec Pyrrhus disparu, Rome a trouvé les tribus montagnardes du sud de l'Italie une proie facile. Les Samnites, les Lucaniens et les Bruttiens ont été emportés hors du terrain et leurs terres ravagées.

Pendant trois ans, Pyrrhus a combattu en Sicile, d'abord avec un grand succès, mais finalement parvenu à une impasse à l'imprenable forteresse carthaginoise de Lilybaeum. Victoire finale en Sicile lui échappant, il abandonne cette aventure et retourne en Italie, répondant aux appels désespérés à son retour par les tribus montagnardes et les villes grecques (276 avant JC).

La bataille décisive a été menée à Bénévent en 275 avant JC. Pyrrhus a cherché à réaliser une attaque surprise sur l'armée de Curius Dentatus mais a été repoussé, notamment parce que les Romains avaient appris à gérer sa phalange et ses éléphants. La deuxième armée consulaire sous Cornélius se fermant pour rejoindre Dentatus, Pyrrhus dut céder et se retirer. Suite à son aventure sicilienne, il ne commandait plus l'effectif qui pouvait égaler deux armées consulaires romaines sur le terrain. Le roi Pyrrhus a été sévèrement vaincu. Reconnaissant que la marée s'était retournée contre lui, Pyrrhus rentra chez lui en Épire. Ses mots d'adieu furent mémorables :

Quel champ de bataille je quitte pour Carthage et Rome

L'histoire raconte que Pyrrhus est décédé plus tard lors d'un assaut sur Argos, où une vieille femme le voyant combattre son fils épée contre épée dans la rue en dessous aurait jeté une tuile sur sa tête. Bien que d'autres sources lisent qu'il a été assassiné par un domestique.

La victoire sur Pyrrhus fut importante car elle fut la défaite d'une armée grecque expérimentée qui combattit dans la tradition d'Alexandre le Grand et était commandée par le commandant le plus habile de l'époque.


Rome puissance dominante de l'Italie

Après sa défaite de Pyrrhus, Rome a été reconnue comme une puissance majeure en Méditerranée. Rien ne rend cela plus clair que l'ouverture d'une ambassade permanente d'amitié par le roi macédonien d'Égypte, Ptolémée II, à Rome en 273 avant JC.

En 272 avant JC, l'année même de la mort de Pyrrhus, la puissante cité grecque de Tarente, au sud de l'Italie, tomba aux mains de Rome. Le général Milo de Phyrrus, se rendant compte de la situation intenable une fois que son maître était mort, a simplement négocié son retrait et a remis la ville aux Romains. Sans force majeure pour s'opposer à eux, les Romains ont impitoyablement éliminé toute dernière résistance à leur suprématie du sud de l'Italie. Ils ont pris d'assaut la ville de Rhegium qui était tenue par les rebelles mamertins (271/270 avant JC), forcé les tribus bruttiennes à se rendre, écrasé les derniers vestiges de la résistance samnite et amené Picenum sous la domination romaine. Enfin, en 267 avant JC, une campagne contre la tribu des Sallentins dans le talon même de l'Italie a remis à Rome l'important port de Brundisium a mis fin à sa conquête du sud de l'Italie.

En prenant le contrôle du sud, Rome possédait une forêt précieuse des tribus et de riches cités grecques qui s'engageaient à fournir à Rome des navires et des équipages à l'avenir. Si Rome contrôlait maintenant la péninsule italienne, il y avait essentiellement trois catégories différentes de territoires dans son royaume. Le premier était l’ager romanus («terre romaine»). Les habitants de ces anciennes zones peuplées détenaient la pleine citoyenneté romaine.

Les seconds étaient de nouvelles colonies latines (ou dans certains cas des colonies romaines), qui ont été fondées pour aider à sécuriser des zones stratégiquement importantes et qui dominaient les terres périphériques qui les entouraient. Un avantage supplémentaire à la fondation de ces territoires coloniaux était qu'ils offraient un débouché à la demande de terres par la paysannerie latine. Il semble que le colon ait perdu certains de ses privilèges en tant que citoyens romains à part entière en échange de terres dans ces colonies. La colonie semble donc avoir eu un statut intermédiaire entre l'ager romanus et les territoires italiens alliés.

Le troisième type de territoire était constitué des civitates sociae (territoires alliés). Ils couvraient la majorité du continent italien. Le statut de ces communautés était qu'elles restaient assez indépendantes de Rome. Rome ne s'est pas ingérée dans leur gouvernement local et n'a exigé aucun impôt de ses alliés. En fait, les alliés étaient si libres de la domination romaine directe qu'ils pouvaient accepter des citoyens exilés de Rome. (Par conséquent, certains citoyens contraints à l'exil pouvaient simplement s'installer dans des villes aussi proches de Rome que Tibur et Praeneste.)

Mais les alliés devaient se soumettre à la politique étrangère romaine (ils ne pouvaient entretenir de relations diplomatiques avec aucune puissance étrangère.) Et ils devaient fournir un service militaire. Les détails de l'accord avec les alliés italiens variaient d'une ville à l'autre, Rome concluant des accords individuels avec chacun d'eux séparément. (Donc, si les alliés n'avaient généralement pas à payer d'impôts, ce n'était pas universel. Par exemple: pour punir sa collusion avec Phyrrus, la ville de Tarente devait payer un hommage annuel.)

Que ce soit en tant qu'allié, en tant que colonie ou en tant que territoire sous domination directe, en effet toute l'Italie maintenant, du détroit de Messine à la frontière des Apennins avec les Gaulois, a reconnu la suprématie d'une puissance singulière, Rome.

La conquête de l'Italie a apporté la stabilité politique et les opportunités commerciales que cette stabilité apporte invariablement. Pourtant, la guerre brutale qui avait été nécessaire pour y parvenir avait dévasté de vastes étendues de terre. Les zones qui avaient jadis abrité de grandes populations n'accueillaient plus que quelques bergers qui s'occupaient des troupeaux de leurs riches maîtres. Plus encore, avec l'acquisition par Rome des forêts de montagne, elle a rapidement commencé l'exploitation forestière irresponsable de ces forêts importantes. Cela a à son tour conduit à des inondations dans de nombreuses zones basses, rendant inutiles les riches terres agricoles. Déjà à ce stade précoce, le déclin de la campagne italienne a commencé.


Les Mamertines (270 avant JC)

À ce stade de l'histoire, les choses auraient pu se reposer pendant un certain temps en Italie, si ce n'était de l'héritage d'Agathocle de Syracuse. Pendant son règne, Agathocle avait fait un grand usage des compagnies libres de mercenaires tribaux des hautes terres du continent dans ses divers projets militaires.

À la mort d'Agathocle, la ville de Messane, à la pointe nord-est de la Sicile, était tombée entre les mains d'une de ces sociétés libres (vers 288 avant JC à leurs voisins sur les deux côtes, et à tous ceux qui utilisaient le détroit de Messine, où ils opéraient comme des pirates.

Les Mamertini s'étaient récemment alliés à la force rebelle de leurs compatriotes campaniens, qui s'étaient mutinés, s'étaient emparés de Reghium et l'avaient tenue contre les Romains pendant une décennie.

Rhegium avait finalement été pris d'assaut par les Romains en 270 avant JC avec l'aide du commandant des forces de Syracuse, qui portait le nom de Hiéron (ou Hiéron comme l'appelaient les Romains), qui immédiatement après s'emparait du trône de Syracuse pour lui-même (270-216 avant JC).

En 264 avant JC, Hiero jugea qu'il était temps de mettre fin aux pirates mamertins. Compte tenu de leur conduite, personne n’était susceptible d’être lésé. Mais s'emparer de cette ville stratégique signifierait changer le rapport de force pour la Sicile et le détroit de Messane. Si les motivations de Hiero étaient parfaitement compréhensibles, sa décision a eu des conséquences bien au-delà de tout ce qu’il aurait pu imaginer.

Hiero a placé Messana en état de siège. Face à un ennemi si puissant, les Mamertines n'avaient guère de chance à eux seuls.

Pourtant, n'étant pas Grecs, ils n'avaient guère de scrupules à demander de l'aide à Carthage contre leur assiégeant. Les Carthaginois ont obligé en envoyant une flottille qui à son tour a persuadé Hiéro de lever son siège.

Pendant ce temps, les Mamertine cherchaient maintenant un homme pour se débarrasser de leurs hôtes carthaginois. Ils étaient d'origine italienne et Rome était désormais le champion de tous les Italiens. Invariablement, c'était à Rome qu'ils envoyaient chercher de l'aide.

Rome se trouvait involontairement à la croisée des chemins du destin.

Pour la première fois, son regard a été attiré au-delà des limites immédiates de la péninsule italienne. La ville de Messane était-elle une de ses préoccupations ? Quelle est l’obligation éventuelle de protéger un groupe de mercenaires renégats ? Pourtant, permettre à Carthage de s'emparer de la ville pourrait nuire aux intérêts commerciaux des riches villes grecques que Rome avait récemment acquises. De toute évidence, le port avait une importance stratégique. Pourrait-il être laissé à Carthage ?

Une expédition militaire réussie en Sicile ne promettrait-elle pas la gloire aux commandants et beaucoup de butin aux soldats ?

Rome était complètement divisée. Le Sénat ne pouvait tout simplement pas se décider. Au lieu de cela, la question fut renvoyée à l'assemblée populaire, les comitia tributa. L'assemblée ne savait pas non plus quelle action entreprendre. Rome n'avait-elle pas subi une guerre acharnée contre le roi Pyrrhus? Mais ce sont les consuls qui ont parlé à la population rassemblée et les ont poussés vers l'action, avec la perspective d'un butin pour les troupes. Pourtant, l'assemblée n'a pas choisi de déclarer la guerre. Au lieu de cela, il a décidé d'envoyer un corps expéditionnaire à Messane qui devrait essayer de restaurer la ville aux Mamertines. Diplomatiquement, les Romains ont formulé leurs plans pour être une action contre Syracuse, car c'était cette ville qui avait initialement attaqué. Aucune mention n'a été faite de Carthage.

En fin de compte, Rome a remporté une victoire très facile. Un détachement relativement petit a été envoyé pour soulager Messana. Lorsque le commandant carthaginois apprit leur approche, il se retira sans combat. Gardant les apparences, Rome est restée officiellement en guerre avec Syracuse.

Cela aurait pu être la fin de tout cela. Rome n’avait fait de mal à aucun Carthaginois et avait effectivement pris les armes contre les anciens rivaux de Carthage, les Grecs de Syracuse.

Mais Carthage n'allait pas subir ce qu'elle considérait comme une humiliation, a exécuté le commandant qui s'était retiré de Messane sans combattre et a aussitôt dépêché ses propres forces pour récupérer la ville. Remarquablement, Carthage a réussi à s'allier avec Hiero contre Rome.

Rome répondit aussitôt en envoyant toute une armée consulaire pour renforcer leur petite garnison. Ce qui avait commencé comme une bagarre entre trois partis au sujet d'une petite ville était maintenant devenu une guerre à grande échelle entre les grandes puissances de la Méditerranée occidentale.

En dépit du fait que cette guerre semble bizarrement avoir commencé, il est difficile de ne pas voir une sorte de conception romaine pour déclencher ce conflit. Sa conquête de l'Italie lui a apporté de nouveaux effectifs et de nouvelles richesses, mais aussi des compétences de charpentier naval et de navigation. Rome possédait désormais un réel pouvoir et cherchait à l'utiliser. Étant désormais le protecteur des bases commerciales grecques telles que Capoue et Tarente, Rome a sans aucun doute hérité du rôle hellénistique de rival de Carthage.

La Sicile représentait le point focal des conflits d'intérêts entre le pouvoir grec et le pouvoir punique en Méditerranée. A l'est de la Sicile s'étendait le royaume de la domination grecque, à l'ouest, cette sphère de Carthage. Pourtant, aucun traité entre les différentes parties n'avait jamais défini les sphères d'influence sur cette île importante.

Avec la conquête par Rome du sud de l'Italie, ou Magna Graecia comme on l'appelait, elle s'inscrivait désormais invariablement au concours des intérêts commerciaux du côté des Grecs.


Suite de l'histoire...

C'est à partir de ce moment dans l'histoire de Rome que commence les guerres puniques. Au nombre de trois, séparées de quelques années ou décennies, elles entraînèrent une sucession de batailles dans toute la zone d'influence de la république, jusqu'aux îles de Corse, Sardaigne et Sicile.






Copyright 2020 - 2021 - Toute reproduction interdite. Texte JLD - Lucien J. Heldé. Reproduit de empereurs-romains.net avec une ergonomie différente. Pour me contacter : contact@empereurs-romains.com. Pour consulter la politique de confidentialité du site veuillez cliquez ici : Politique de confidentialité.