Bandeau Empereurs romains

Les batailles de Mylae, d'Ecnomus et la campagne d'Afrique

(260 à 255 avant JC)


La première guerre punique finie, commence alors une série de batailles entre les forces carthaginoises et romaines. Cette période courte, de 5 ans seulement, aboutira aux guerres illyriennes, au milieu du IIIe siècle avant JC.


La bataille de Mylae (260 avant JC)

Peu de temps après avoir été unie à son nouveau commandant à Messane, la flotte romaine entreprit de défier la principale flotte de guerre carthaginoise de la région, basée à Panormus, le long de la côte nord de la Sicile. La flotte punique, forte de 140 ou 150 navires, s'attendant à une victoire facile, a accepté le défi et est partie en mer pour se battre. La confiance carthaginoise était justifiée. Carthage avait une grande tradition navale, tandis que Rome n'avait pratiquement aucune expérience en mer.

Les deux grandes flottes se sont rencontrées au large de Mylae. (260 avant JC)

Duilius a remporté la victoire. Les Carthaginois ont subi la perte de 50 navires avant de prendre la fuite. Beaucoup est fait de l'invention romaine du corvus, un pont-levis barbelé attaché au mât principal du navire, qui peut être laissé tomber dans le pont de l'ennemi et agit ainsi comme une voie de passage pour que les Romains déploient leurs soldats supérieurs. L'invention du corvus est traditionnellement attribuée à Gaius Duilius, le nouveau commandant de la flotte.

La guerre navale antique reposait fortement sur l'utilisation du pilonnage. On ne peut que spéculer si la compétence et la manœuvrabilité supérieures de la flotte carthaginoise leur ont permis de battre leurs ennemis avec succès, mais le déploiement du corvus ne leur a pas permis de se retirer, maintenant les navires verrouillés en place. Les Romains victorieux abandonneraient alors leur navire en perdition pour le navire de guerre carthaginois intact. Cela dit, ce n'est que spéculation. On ne sait vraiment rien sur la nature de cette première victoire romaine en mer si ce n'est que le corvus a joué un rôle.

Gaius Duilius a remporté un triomphe dans les rues de Rome pour cette victoire sur la flotte carthaginoise. Une colonne commémorative a été érigée dans le forum romain pour célébrer sa grande victoire à Mylae.

La victoire romaine à Mylae n'a été suivie d'aucune avancée significative. Arriver à une fin satisfaisante de la guerre semblait insaisissable. Au lieu de cela, Rome a gaspillé une grande partie de l'avantage obtenu à Mylae dans les opérations navales en Corse et en Sardaigne (BC 259), qui ne se sont pas avérées durables.

Pendant ce temps, l'armée romaine sur terre a progressivement éloigné les forces carthaginoises du centre de l'île de Sicile dans des combats durs et de plus en plus acharnés. Carthage est restée incontestée dans ses trois principaux bastions de l'île : Panormus (Palerme), Drepanum (Trapani) et Lilybaeum (Marsala)

La guerre a traîné sans cesse sans qu'aucune des deux parties ne fasse de progrès significatifs. Hamilcar menait une campagne défensive efficace contre les forces romaines supérieures.


La bataille d'Ecnomus (256 avant JC)

Rome a maintenant regardé l'histoire pour un exemple de la façon de traiter avec son adversaire robuste. Quelque cinquante ans plus tôt, le puissant roi syracusain Agathocle avait franchi le blocus naval écrasant de sa ville et débarqué des troupes en Afrique, causant des ravages dans le cœur punique et en conquérant presque Carthage elle-même.

À présent, Rome cherchait à imiter la réalisation d’Agathocle. Une flotte de 330 navires sous le commandement des consuls Manlius Atilius Regulus et Lucius Manlius Vulso a jeté l'ancre au large d'Ecnomus le long de la côte sud de la Sicile. L'armée romaine de 40 000 hommes s'embarqua et se prépara à livrer bataille avec la flotte carthaginoise commandée par Hamilcar, qui s'approchait de la direction de Lilybaeum. Carthage, consciente des intentions romaines de débarquer en Afrique, chercha désespérément à engager son ennemi en mer pour empêcher une invasion.

La bataille d'Ecnomus (256 avant JC) était la plus grande bataille navale de l'histoire à l'époque. Beaucoup de navires de guerre romains étaient encombrés par le remorquage de navires de transport. Pourtant, il semble que les capitaines carthaginois, à leur tour, étaient très inquiets de l'utilisation du corvus. Si les Carthaginois avaient les compétences navales supérieures et une plus grande manœuvrabilité dans leurs navires supérieurs, il semblait que le nombre et la qualité des soldats romains dans la flotte romaine rendaient impossible toute victoire carthaginoise. À la fin, Rome avait perdu 24 navires. Pourtant, la flotte romaine a coulé 30 navires de guerre carthaginois et en a capturé 64 avec leurs équipages.

Avec la flotte punique chassée à Ecnomus, la voie était désormais libre pour une traversée de la Méditerranée et l'invasion de l'Afrique.


Campagne Regulus en Afrique (255 avant JC)

L'armée romaine débarque à Clupea (Kelibia). La flotte rentra alors chez elle sous le commandement du consul Manlius, tandis que Regulus resta à la tête d'une force de 15 000 hommes.

L’armée de Regulus avança avec facilité et assiégea la ville d’Adys. Une armée carthaginoise, précipitée ensemble et placée sous le commandement conjoint de Hamilcar et un général appelé Hasdrubal se hâtèrent de soulager la ville. Regulus a remporté une victoire totale sur ses ennemis carthaginois, notamment parce que le terrain sur lequel la bataille s'est déroulée n'a pas favorisé la cavalerie et les éléphants de l'armée punique. Connaissant les prouesses romaines sur le champ de bataille, les Carthaginois ont cherché à éviter de les rencontrer en terrain découvert.

L'opposition carthaginoise écrasée à Adys, l'armée romaine pouvait désormais Rome la campagne à volonté, détruisant et pillant au fur et à mesure.

Pour aggraver les choses pour Carthage, de nombreux peuples autochtones se sont rebellés, voyant une chance de se libérer de leurs dirigeants puniques. Regulus se logeait maintenant à un jour de marche de Carthage. La ville de Carthage était pleine à craquer de fugitifs. Une famine menaçait. Une grande partie de la campagne était en révolte ouverte.

Rome a finalement obtenu ce qu'elle cherchait à atteindre. Carthage a proposé de négocier. Mais à ce moment très critique, Regulus n'était tout simplement pas le bon homme pour le poste. Ses exigences envers eux étaient si exorbitantes, que les Carthaginois jugèrent plus sage de continuer à se battre, quel qu'en soit le prix.

Peu de temps après l'échec des négociations avec Regulus, un contingent de mercenaires grecs est arrivé dirigé par un Spartiate appelé Xanthippus. Xanthippus était un soldat exceptionnel, qui s'était déjà fait un nom dans la défense de Sparte contre le roi Pyrrhus. Il se leva rapidement pour obtenir le commandement général des forces carthaginoises et supervisa l'entraînement des troupes selon les traditions spartiates. Le moral est monté en flèche. Xanthippus et ses lieutenants grecs ont rapidement établi que la principale erreur commise par les Carthaginois était d'éviter de se rencontrer en terrain ouvert, où leurs armes principales d'éléphants de guerre et de cavalerie pourraient être utilisées.

Il a finalement fait marcher son armée de chiffons et de mercenaires nouvellement formés dans la plaine ouverte de Bagradas (Medjerda) où il a offert la bataille.

L'armée carthaginoise comprenait 12 000 fantassins, 4 000 cavaliers et 100 éléphants. Regulus, désireux d'écraser cette dernière résistance punique, était sans doute convaincu que son infanterie supérieure pourrait détruire les Carthaginois en bataille ouverte.

Les renforts romains étaient déjà en route pour l'Afrique dans la flotte romaine de retour. Regulus devait en être conscient, mais a choisi de ne pas attendre.

Alors que la bataille commençait, les éléphants chargèrent et causèrent des ravages parmi l'infanterie romaine. De quoi permettre à la milice et aux mercenaires délabrés de tenir tête aux légions. Pendant ce temps, la cavalerie punique supérieure chassa les cavaliers romains. Au retour de la cavalerie, les légions romaines chargées par derrière, par la cavalerie, écrasées par les éléphants battus et repoussées par la phalange carthaginoise, sont coupées en pièces. Cinq cents ont été capturés, dont le consul Regulus. De l'armée romaine, jadis forte de 15 000 hommes, 2 000 seulement ont réussi à s'échapper. Tous les autres ont péri à Bagradas. (255 avant JC)

Les survivants ont été récupérés, assiégés à Clupea, par la flotte romaine. Ainsi prit fin l'expédition africaine romaine dans la première guerre punique.

Pourtant, la catastrophe a suivi la catastrophe. Sur le chemin du retour, la flotte romaine sous le commandement de Marcus Aemilius Paullus, contre l'avis des pilotes locaux, est restée trop près de la côte sud de la Sicile. Il a été pris dans une tempête soudaine au large de Camarina et s'est écrasé contre le rivage rocheux. 250 navires ont été perdus, seuls 80 navires ont survécu. (255 avant JC)

À la fin de 255 avant JC, Rome ne semblait pas plus proche de conclure la guerre qu'elle ne l'avait été après sa victoire à Mylae. Cela dit, le gain territorial progressif à travers la Sicile faisait de plus en plus pencher la balance en faveur de Rome. Ayant perdu leur flotte au retour d'Afrique, les Romains se mirent maintenant à en construire une autre. Rome avait maintenant complètement cessé l'idée que, pour vaincre Carthage, elle avait besoin d'une puissante marine. Maintenant, bien que la tactique ait changé. La marine devait opérer à l'appui des armées en Sicile.

Le premier succès est venu en 254 avant JC lorsque le bastion punique de Panormus est tombé à un assaut conjoint de la terre et de la mer. Ce n'était pas moins que Gnaeus Cornelius Scipio Asina qui commandait l'attaque de Panormus. ’homme même qui avait été facilement piégé par les Carthaginois, capturé puis libéré lors d’un échange de prisonniers, avait récupéré son poste, avait été réélu consul et avait maintenant remporté une grande victoire militaire. Ce fut certainement un retour. Il ne s'est jamais débarrassé du cognomen Asina (l'âne).


Suite de l'histoire...

La suite du conflit entre Carthage et Rome se déroula plutôt en mer, avec un bilan très négatif pour les romains. La suite du récit prend donc la direction des ateliers navals antiques.






Copyright 2020 - 2021 - Toute reproduction interdite. Texte JLD - Lucien J. Heldé. Reproduit de empereurs-romains.net avec une ergonomie différente. Pour me contacter : contact@empereurs-romains.com. Pour consulter la politique de confidentialité du site veuillez cliquez ici : Politique de confidentialité.